Nouvelles en France

Nouvelles en France

nouvelles de dernière minute

Le gouvernement guinéen a entamé des reformes pour accroître ses recettes  fiscales internes. En fin janvier dernier, le Président Alpha Condé a lancé pour la première fois, le NIFP (Numéro d’Identification Fiscale Permanent).

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

Nous vivons dans une époque de décadence et en prime, on nous annonce la fin de l’humanité d’ici quelques décennies ! Les jeunes ont peur ; ils interpellent les dirigeants comme la jeune Suédoise de 14 ans, Greta Thunberg ; ils n’ont plus confiance. Ont-ils raison ?

Il y a quelques jours, nous apprenions que 33 personnes de la direction de Desjardins s’étaient partagé la somme de 21 millions de dollars en rémunérations et en primes au rendement (moyenne de plus de 636 000. $ pour chaque personne). Ceci représentait une augmentation de 10,5 % par rapport à 2017. En 2018, le coût de la vie n’a augmenté que de 2,0 %, seulement 1,1 % au Québec.

 En 2017, le président Guy Cormier a reçu une prime au rendement de 867 261 $. En 2018, cette prime a atteint le chiffre de 1 046 110. $ ! C’est une augmentation de 20,6 % !

Dirigeantes et dirigeants de ma Caisse, j’aimerais savoir si vous avez reçu des primes au rendement en 2017 et en 2018, et si oui, à combien se sont-elles élevées, globalement parlant. Qui décide et justifie ces primes au rendement outrageuses ?

Les sociétaires des Caisses peuvent-ils connaître, comme les actionnaires des banques, les revenus des 5 plus hauts salariés de leur Caisse ? Pourquoi cette information n’apparaît-elle pas dans les états financiers ?

Bien que plus basses que celles des banquiers, les rémunérations de la direction et des dirigeants de Desjardins sont absolument éhontées et inacceptables. Rien ne justifie dans notre entreprise coopérative des rémunérations aussi extravagantes. À ce que je sache, nous sommes toujours en « coopération » et non pas en ce système capitaliste qui exploite sans retenue les peuples de la Terre, et qui la détruit maintenant jusqu’à une possible disparition de l’humanité.

J’invite nos dirigeants à s’interroger pourquoi faut-il que la rémunération soit 20, 30, 40, 50 fois et même beaucoup plus que le commun des mortels, pour un PDG et ses acolytes ? Sont-ils des dieux ? En coopération, ces barèmes n’ont aucun sens ni même dans nos sociétés civilisées. C’est un grave abus de pouvoir.

Cette insatiabilité de nos dirigeants est une honte et est cause de destruction. Ce n’est certes pas l’enseignement reçu de Dorimène et Alphonse Desjardins ; bien au contraire. Il faut arrêter cette escalade innommable, inqualifiable ? Les primes au rendement sont totalement contre les valeurs du coopératisme et ces exigences éthiques : ce n’est pas comme ça qu’on doit rémunérer les employés ni aucun dirigeant. Desjardins dépasse la mesure et se vautre sans gène dans cette démesure capitaliste.

Cette façon de faire est de la pure exploitation ; certainement pas de la coopération ! Il faut abandonner le « virage vente » de Claude Béland lequel a fait basculer le coopératisme de Dorimène et Alphonse Desjardins dans les valeurs égoïstes du capitalisme.

Peut-on imaginer une seule seconde Alphonse Desjardins accepter le poste de président du Mouvement Desjardins en 2019 ? C’est là une absurdité flagrante. Comme cette jeune Suédoise, interpelons aussi nos dirigeants aux assemblées générales qui n’arrivent qu’une fois par année.

 

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

Quel impact le mouvement des Gilets jaunes a-t-il eu sur l’économie française? Le ministre de

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

Bonjour les amis,amies,

un souvenir une image de mon voyage au Vietnam plein de couleur sur la Baie d’Along..

Bonne journée

viet40.jpg

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion
-->