Nouvelles en France

Nouvelles en France

nouvelles de dernière minute

Voyages fitness à New York, initiation au paddle surf à Cuba, clinique de vélo de montagne en Gaspés

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

Tout d’abord Bonne Année à toi ! J’ai un peu disparu depuis quelques mois, mais me revoilà. Je reviens avec quelques photos de mon séjour à Nantes, j’ai beaucoup de retard sur la publication de mes articles, car en effet ce séjour date du mois de novembre. Je ne vais donc pas perdre plus de temps et je te laisse avec la suite !

Je suis donc allée à Nantes, pour la toute première fois, début novembre. Pour retrouver Matou (qui en plus plus d’être une super copine, est également une super artiste dont tu peux retrouver le travail ici). Je suis restée une semaine, après un super long trajet de 8h en bus (mais qui valait la peine tellement le prix est bas).  Nous nous sommes promenées dans la ville, de jour et de nuit et j’ai fait quelques photos entre nos visites, restos et bars (haha), dont celles-ci :

D’ailleurs, petit coup de cœur pour Le Passage Pommeraye, une petite galerie commerciale construite dans les années 1840.

Nous avons également visité l’incontournable « Île aux Machines », et le Musée d’Arts.

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion
enquetes_en_eaux_troubles

9.000 Fcfa

Auteur: Séraphin D. DEFFO

Titre: Enquêtes en eaux troubles

Lieu d’édition: Yaoundé

Éditeur: Editions Sopecam

Date de publication: 2017

Pages: 424

Collection: (Plume)

ISBN: 978-9956-425-74-5

Résumé:

Lamine vient d’être nommé président du Tribunal financier, après avoir été relevé injustement, des années plus tôt, de ses fonctions de directeur à la Caisse Générale du Trésor et remplacé par son filleul, Jean Meka, qu’il soupçonne d’ailleurs d’avoir manigancé dans son dos à cet effet. Parmi les dossiers qu’il trouve en instance, se trouve celui de son successeur qui, informé par son planton de ce qu’il était recherché à son lieu de service par les forces de l’ordre, se rend à son domicile, récupère trois cantines lourdement chargées qu’il avait préalablement dissimulées et prend la poudre d’escampette. Commence alors contre le directeur de la Caisse générale du Trésor une cavale qui finira par son arrestation et sa condamnation à quarante-sept ans d’emprisonnement ferme. Pourtant, malgré le succès de cette première affaire, Lamine a des appréhensions. Réussira-t-il sa mission de traquer les prévaricateurs de la fortune publique dans un univers où les « réseaux du système» tirent les reines de tout processus au point de retourner l’arme contre le chasseur ?

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

Allez,vous allez bientôt savoir pourquoi…..

Cette année, vacances plus courtes et moins loin…

Entre les boulots de Rémy et Jean-Luc, notre projet de chambre d’hôtes, nous ne pouvons partir loin et cher… Alors direction l’atlantique pour un séjour plutôt (normalement !!!) sportif (marche) dans cette belle île qu’est Madère…

Madère, région autonome du Portugal est un archipel de 4 îles au large de la côte nord-ouest de l’Afrique. Elle est connue pour son vin et son climat subtropical chaud. L’île principale de Madère est volcanique, verte et accidentée avec de hauites falaises, des plages de galets et des villages sur les deltas du fleuve Fajã. Sa capitale est Funchal.

L’influence portugaise est partout présente : la langue, l’architecture marquée par le style colonial, la religion…

Île volcanique, Madère regorge de paysages variés entre montagnes souvent restées sauvages, ses cultures en terrasses, ses falaises vertigineuses, ses rochers volcaniques.

Elle est réputée pour son climat subtropical et sa végétation luxuriante où de nombreux arbres tropicaux prospèrent.

Tour de l’île :

madère carte

FUNCHAL :

le site de Funchal est particulièrement impressionnant puisque la ville s’adosse littéralement à un amphithéâtre montagneux plongeant dans l’océan. Ville de montagne, elle est la ville de l’île regroupant la moitié de la population de Madère.

Partout où on regarde, et le spectacle est encore plus saisissant vu de l’océan, les maisons semblent s’agripper à la falaise. Et là où les hommes n’ont pas réussi à construire, tout autour, on découvre une végétation abondante, des jardins fleuris et des terrasses cultivées, donnant à l’ensemble un cachet incroyable.

Côté montagne :

depuis le téléférico, on survole la ville où les bâtiments côtoient les jardins et les potagers et on apprécie l’amphithéâtre naturel de montagnes et la baie de Funchal dans un scénario aux tons bleus, verts et ocres.

Côté mer :

il y a de quoi faire :  se promener sur le front de mer, prendre le téléférico pour apprécier la vue panoramique sur la ville, visiter la cathédrale, déguster au marché où se mêlent saveurs, arômes des aliments et des fleurs fraîches, profiter de balades fraîcheurs dans les jardins tropicaux Monte Palace, jardin immense où, outre les plantes on y découvre des fresques retraçant l’histoire du Portugal et de Madère, des jets d’eau et de cascades, sans oublier d’aller caresser les pieds de Cristiano Ronaldo, l’enfant du pays né à Funchal….

 

                    

L’Est de l’île :

Sur un haut plateau couvert de pins et d’eucalyptus, Santo Antonió da Serra est un lieu de villégiature apprécié des habitants de Funchal. Près de l’église nous nous rendons au marché semi-couvert qui se tient tous les dimanches. Très typique il vaut le déplacement pour ses produits locaux pur jus : miel des forêts, pains à la patate douce, primeurs de saison, cidre artisanal, liqueurs variées… Idéal pour du grignotage sur le pouce que nous agrémentons de punch locaux.

 

La Ponta de São Lourenço :

cette pointe offre une toute autre ambiance ! c’est cette balade que nous nous apprêtions à faire quand une chute malencontreuse m’a valu un petit séjour en clinique et 6 semaines d’arrêt de marche !!!smileys déçu Mais qu’à cela ne tienne, mes co-voyageurs l’ont faite le lendemain…. Cette péninsule est d’origine volcanique, en grande partie basaltique où l’on peut trouver également des formations de sédiments calcaires. la péninsule est classée réserve naturelle partielle et l’îlot de Desembarcadouro, réserve naturelle intégrale. Une belle randonnée semble t il, entre hommes et qui offre un paysage unique sur l’île! Dommage pour moi ! Le climat semi-aride et l’exposition aux vents du nord déterminent le développement d la végétation basse et l’absence d’arbres, ce qui diverge du reste de l’île et représente un véritable patrimoine naturel. Des 138 espèces de plantes actuellement identifiées dans la péninsule, 31 sont endémiques de l’île de Madère mais les « garçons » ne les ont pas comptées.

Cette pointe offre des vues magnifiques sur l’Atlantique.


Retour vers Funchal via le nord est par Porto da Cruz avec un arrêt obligé à la rhumerie Engenhos do norte, une distillerie dont la machinerie fonctionne encore à la vapeur, unique en Europe. En fait une belle excuse pour une nouvelle dégustation !

L’ouest de l’île :

(ouf, j’ai pu faire une partie de l’ouest de l’île !)

Camara de Lobos, le village de pêcheurs traditionnel. Ce village fut nommé ainsi d’après la forme de sa baie et d’après les nombreux lions de mer qui y vivent.

Jardim do Mar, devenu célèbre dans le monde des surfers….
très vite ensuite la route prend de la hauteur et slalompe à flanc de montagne en ménageant de belles vues sur la côte. 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Ponta do Pargo (pointe du pagre) à l’extrémité occidentale de Madère nommée ainsi par les 1ers colons. Son phare dont le faisceau lumineux, à 312m de haut, balaie l’océan sur 26 milles marins.

  

Porto Moniz est réputée pour ses piscines naturelles formées dans les récifs volcaniques. très appréciés en été, ces bassins remplis d’une eau renouvelée au rythme des marées se prolongent par des terrasses de ciment où l’o,n peut étendre matelas et serviette. porto Moniz mérite aussi le détour pour sa côte rocheuse spectaculaire dont le basalte a été transformé en dentelle de pierre par le ressac et l’érosion. Pour nous ce sera sous la pluie ce qui nous fera retourner le lendemain sous le soleil mais pansements obligent, pas de bains !!!

Ribeira da Janela, la plus longue rivière de Madère se jette là entre 2 rochers de lave.


São Vicente, la partie de ce petit bourg située un peu en retrait de la mer est plutôt pittoresque. un cimetière très fleuri et quelques ruelles sympas.

Le Haut Plateau :

le plateau de Paul da Serra, inattendue étendue de terre horizontale sur cette île si accidentée. Il est souvent dans les nuages et cela donne une ambiance assez particulière. Il culmine entre 1400 et 1600 m d’altitude. Nous faisons souvent des arrêts sur ce plateau qui offre des belvédères aux paysages somptueux. Ce haut plateau, coeur madérien, est comme suspendu au-dessus des nuages où on n’entend que le bruit du vent. A certains endroits une mer de nuage bouche l’horizon et vient cogner sur le flanc de la montagne, puis, quelques mètres plus loin, plus ou peu de nuages et une nouvelle magie opère…

  
De nombreuses avancées de la route appelées miradouros nous permettent des jolies vues sur les pentes abruptes, les cultures en terrasse, les petits villages blancs et rouges perdus dans la verdure.

  
Une traversée de l’île au rythme du vent, la tête dans les nuages, sous le regard indifférent des vaches et parmi les nombresues odeurs que nous offre ce plateau, eucalyptus, mimosas …..

Le centre de l’île :

(que je n’ai pas pu faire !)
Une falaise, la 2ème plus haute du monde et la plus vertigineuse d »Europe offre, du haut de ses 580m, un superbe pabnorama sur l’océan : Cabo Girão.

 
C’est un point de vue réputé avec à côté la chapelle Notre Dame de Fatima, lieu de pèlerinage très fréquenté. Au pied de la falaise on peut voir des petites parcelles de terre cultivées, jadis uniquement accessibles par bateau et maintenant un funiculaire a été installé en 2013.

 

Les Levadas, autre raison de notre venue à Madère !  Ces canaux d’irrigation permettent d’acheminer l’eau du nord où les cours d’eau sont plus généreux vers le sud de l’île. Ce réseau long de 1 400 km, égrène des paysages magnifiques et permet de belles randonnées (que nous n’aurons donc pas fait!!).

Madère, l’île aux fleurs est aussi une variété inégalée de couleurs.

Ce que nous avons aimé à Madère, c’est ce mélange fascinant de terre et de mer sur un territoire au caractère montagneux affirmé qui donne un vrai sentiment d’immensité.

Une saisissante symphonie de verts et de bleus, verts comme les chemins que nous aurons du parcourir à pied et bleus comme l’infini de la mer…

 

Un morceau d’Europe ancré entre Afrique et Amérique !

 

 

 

 

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion
-->