Dans le cadre de #varionsleseditions en février c’est la maison d’édition bordelaise Finitude qui est à l’honneur. Bien que toute jeune cette maison d’édition a déjà quelques succès à son compte, le livre qui à eu le grand retentissement est probablement En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut qui à remporté plusieurs prix, Oscar Coop-Phane (aujourd’hui publié chez Grasset) à remporté le prix de Flore pour son Zénith-Hôtel. Et elle publie le journal de Henry David Thoreau traduit par Thierry Gillyboeuf.

J’ai choisi de lire une publication récente paru chez cette belle maison d’édition, Auletris d’Anaïs Nin. Ce recueil de deux nouvelles inédites découvert au hasard lors d’une vente aux enchères à Baltimore. Nous retrouvons des passages de la première nouvelle Marcel dans l’oeuvre majeure d’Anaïs Nin Vénus Erotica. La deuxième nouvelle La vie à Provincetown n’a jamais été publiée.
Ces deux nouvelles ont été écrites pour un mysterieux collectionneur dans les années 1940. On y retrouve la vision de la sexualité selon Anaïs Nin, libre, inventive et transgressive.

Extrait

Des familles de Boston, tout ce qu’il y a de plus bourgeoises, venaient passer leurs vacances avec leurs enfants à Provincetown et se mêlaient aux artistes occupant les studios des pontons. Ces touristes s’offusquaient avec véhémence du bruit que faisaient leurs voisins et de la nature souvent choquante de leurs conversations. Ils finirent par se coaliser pour se plaindre auprès de la police des querelles et des obscénités qu’ils devaient supporter. Ils rapportèrent aussi qu’ils avaient remarqué une femme nue sur la plage, à quelques mètres seulement de l’endroit où leurs familles avaient l’habitude de se tenir. Ces recriminations tendaient à prouver l’acuité remarquable de la vue et de l’audition de ces vancanciers, qui devaient vraiment tous posséder des sens surdéveloppés. On aurait pu croire qu’ils s’étaient entraînés à percevoir chaque manifestation de l’amoralité qui gagna du terrain et tous ces gens bien-pensants durent chercher des maisons loin de l’influence pernicieuse des artistes. (p. 109-110)

Saviez-vous que…

  • Anaïs Nin est né à Neuilly-sur-Seine en 1903;
  • Elle écrit ses premier textes érotiques pour un collectionneur;
  • Nin est célèbre grâce à ses journaux intimes et secrets où elle décrit avec brio ses rencontres amoureuses et artistiques avec des écrivain ou des artistes tel que Henri Miller ou Antonin Artaud.

Nin, Anaïs, Auletris, Préfacé par Paul Herron et traduit de l’américain par Marie Dupin, Le Bouscat: Finitude, 2018, 128 p.