Nouvelles en France

Nouvelles en France

nouvelles de dernière minute

Archives de la catégorie 'Economie' Archives Groupées

La nomination du nouveau gouvernement et des nouveaux mandataires des régies financières est en train de prendre du temps. Et pendant ce temps de transition, il y a un flottement visible dans la ligne de commandement de l’exécutif. Ce vide crée le chaos et laisse libre court à des dérapages.

De façon inaperçue, certains membres du gouvernement ou des mandataires posent des actes à intérêts personnels. Sachant que leur situation va changer dans les jours qui viennent, ils en profitent pour se remplir rapidement les poches en catimini. C’est pourquoi certains, bien que n’ayant plus le droit de prendre de nouvelles décisions selon la dernière correspondance du Dircab du Chef de l’Etat à ce sujet, se coalisent et se précipitent à entamer des procédures qui sont contraire à la loi, mettant ainsi le pays dans la précarité juridique et fiscale.

Pendant que nos attentions sont tournées vers la composition du gouvernement, à qui profite cette distraction générale ? Pendant ce temps qui contrôle les actes des membres du gouvernement ou des mandataires des régies financières et des entreprises publiques qui organisent des magouilles pour assurer leur prochain devenir incertain ?

Les opérateurs économiques sont harcelés de diverses manières pour assurer le filet de sauvetage des sortants. Le climat des affaires devient de plus en plus difficile suite aux multiples arrêtés ministériels. Tel est le cas du secteur des télécoms qui vient de subir un changement de condition de renouvellement de licence en janvier 2019. Les conséquences de ces nouvelles dispositions incomberont au futur gouvernement.

Prenons le cas précis de Vodacom Congo à qui l’on menace de retirer sa licence à moins de payer des sommes soit disant dues au Trésor public. Ce qu’on ignore est que ce vol organisé est au bénéfice de l’équipe qui pousse le dossier, en attente de capter plus de la moitié de la soit disant pénalité. C’est de l’arnaque, car, l’opérateur ne peut pas payer une licence deux fois alors qu’elle l’avait déjà payé en bonne et due forme en Décembre 2015 dans le respect des lois sur la modification des licences de l’époque.

Plusieurs autres entreprises subissent le même sort en silence. Pour le bien de notre pays et le renforcement de la présence des investisseurs en RDC, le Chef de l’Etat doit rapidement mettre fin à cette prédation de l’économie congolaise et à tous les harcèlements fiscaux constatés dans plusieurs secteurs. Le contrôle des SORTANTS et la mise en place du gouvernement et des nouveaux mandataires deviennent une urgence.

La Rédaction Lushiactu.com

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

Les bruits courent depuis des semaines, les médias y vont dans tous les
sens, les échos s’amplifient, l’épreuve avance à grand pas et personne n’ose
s’imaginer clairement les possibles conséquences d’une décision irréfléchie …
Où allons-nous ? Que va-t-il arriver au peuple congolais durant ce mois de mai
? A-t-on vu, perçu, conçu et cru la situation avec une ombre de réalisme ? Et
si le Président de la République recevait un coup au cœur de son ambition de
développer ce pays et grand pays ?

Les appels, les SMS, la connexion internet ; bref, la connectivité fait
partie, dans ce 21e siècle grandissant, des droits de l’homme et chaque citoyen
du monde est censé jouir de cette faveur technologique. Le Congolais aussi est
effectivement un citoyen du monde et depuis 17 ans il bénéficie de la
connectivité de l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud, de Kinshasa à Lubumbashi, de
Mbandaka à Mbuji-Mayi, de Goma à Matadi, de Kananga à Kisangani avec le plaisir
de communiquer avec ses proches.

L’heure est grave !!! Nos banques vont fermer, notre administration va
reculer, nos recherches scientifiques vont s’arrêter, nos téléphones
n’enverront plus de l’argent, les réseaux sociaux vont partir, le contact entre
les différentes parties du pays n’existera plus, le développement numérique va
s’interrompre, la sécurité va se dégrader, des villages entiers vont sombrer
dans le noir et le système sanitaire ne va plus disposer des numéros en cas de
crise … Oui, cela va bientôt arriver simplement parce que le Ministre des
PTNTIC est sur le point de prendre, à en croire un arrêté du 29 avril dernier,
la plus mauvaise décision de l’histoire de ce secteur pour des intérêts
égoïstes : retirer la licence 2G la plus importante du pays.

A la base de cette connexion entre les peuples dont il est question ici,
il existe le réseau téléphonique 2G qui couvre plus de 1700 villes et villages
à travers la RDC qui, si cette décision est actée, plongeront à l’ère du moyen
âge. Et, étant donné que le Gouvernement n’a pas libéré les fréquences 800Mhz
occupées encore par les chaînes hertziennes, la technologies 4G repose sur les
fréquences 1800 de la 2G. Ainsi, même les utilisateurs du réseau 4G seront
déconnectés à cause de cette décision injuste. Le Ministre a-t-il réellement
mesuré l’impact d’une telle coupure sur nous les populations ? Ou, comme
d’habitude, les intérêts de certaines autorités de ce pays passent-elles avant
ceux de la population ?

Ces deux cartes illustrent l’impact de la 2G de Vodacom Congo en RDC et
nous permettent d’imaginer le degré du blackout qui risque de tomber bientôt
sur le pays. Peut-on, par un revers de la main, balayer un si grand
investissement consenti et tant d’efforts humains sacrifiés à la construction
d’un tel réseau pendant plus d’une dizaine d’années ? Avec une couverture de plus
de 1700 villes et villages, cette entreprise semble être la plus grande en
termes d’abonnés dépassant les 12 millions. 70% des abonnés Vodacom, 30% des
abonnés de toute la téléphonie en RDC seront coupés du monde, sans possibilité
d’être rapidement connectés d’une quelconque manière.

Aussi se pose la question de la prise en charge des abonnés 2G Vodacom
par les autres opérateurs en cas de coupure. Il faut savoir que dans la
majorité de ces villes et villages, il n’existe que la 2G de Vodacom. Et dans
les autres localités, là où le réseau 2G est couvert par Vodacom et un autre
opérateur, en cas de coupure, la charge des abonnés de Vodacom ne pourra pas
être supportée par la capacité de l’autre opérateur présent. Donc, aucun autre
réseau ne pourra suppléer à l’arrêt de la connexion 2G de Vodacom.

Nous courons tout droit vers une catastrophe nationale, sans précédent
dans ce secteur en RDC.

Que Dieu préserve le peuple congolais de
cette folie humaine aux conséquences désastreuses !!!
Maintenant, il en va de la responsabilité de chacun de stopper l’aberration
voulant couper plus de 9 millions de Congolais du monde en plein 21e siècle.

Rédaction
Interkinois

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

La Fondation Digicel a lancé aujourd’hui la troisième édition de sa campagne « Konbit Pou Chanjman », lors d’une conférence de presse organisée dans son siège social à Turgeau.

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

from revue de presse economie politique https://www.youtube.com/watch?v=OvQPb6JbFos&feature=share
via IFTTT

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

Autres catégories