Nouvelles en France

Nouvelles en France

nouvelles de dernière minute

Archives de la catégorie 'General' Archives Groupées

Les meurtres de Molly Southbourne est une novella Tade Thompson dans l’excellente collection Une Heure Lumière des éditions Le Bélial le 18 avril 2019. Je poursuis ma découverte de cet auteur décidément à suivre…

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

En ce début d’année, j’ai eu le plaisir d’être lauréat (catégorie adultes) du concours de nouvelles organisé par les médiathèques du Grand Albigeois, et plus particulièrement par la médiathèque de Cantepau. Il fallait écrire un texte court – très court – de moins de 300 mots, avec comme contrainte supplémentaire la présence de quatre mots imposés : chef, chocolat, fouet, gourmandise. En réalité, je n’ai pas eu « le plaisir », mais « les plaisirs », trois pour le prix d’un.
Le premier, celui d’être récompensé par une médiathèque. Je suis un rat de bibliothèque, je l’ai toujours été, et si je n’avais pas bénéficié, enfant et ado, de cet accès presque gratuit à la culture littéraire, je ne serais pas devenu celui que je suis aujourd’hui.
Le deuxième, celui de recevoir ce prix pour un texte évoquant le sort des demandeurs d’asile en France alors qu’à quelques mètres de là, mes camarades de RESF (Réseau éducation sans frontières) lançaient leur fête de soutien à laquelle je me suis ensuite empressé d’aller participer.
Le troisième, celui d’être récompensé dans le quartier de Cantepau, quartier prioritaire d’Albi, où j’œuvre depuis de longues années notamment au sein de Radio Albigés.
À présent, je vous laisse découvrir le texte ; il est juste sous la photo des lauréats. Vous noterez que, comme à mon habitude, je m’étais mis au fond de la classe, planqué sous mon chapeau…

Les lauréats
(photo Mathilde Tournier / Grand Albigeois)

*

Mangeur de papier

Le chef qui me crie dessus n’est pas le chef de mon village. Il me dit d’aller plus vite, toujours plus vite. Car le client français a faim. Le client français veut manger. Salade de chèvre chaud, saucisse de Toulouse, profiteroles au chocolat. Chacun son assiette, au lieu d’une grande gamelle où les convives, rassemblés en cercle, se servent avec les doigts. Chez moi, il ne restait jamais rien à la fin du repas. Ici, la poubelle dévore, s’empiffre à en exploser.
La chaleur du four me brûle le visage, comme le soleil du désert, et celui de la mer, lors de ma longue traversée vers la France. Si ma peau n’était pas déjà si sombre, elle noircirait encore.
Aller plus vite, toujours plus vite. Battre la crème pour la chantilly. Ils appellent cet instrument un « fouet ». À l’école, j’ai appris qu’un autre genre de fouet lacérait le dos de mes ancêtres. Eux aussi ont traversé la mer, ou plutôt l’océan, sans espoir de retour. J’ignore si je rentrerai un jour à la maison. Peut-être, si quelqu’un m’y attend. Si quelqu’un se rappelle mon nom.
Pour ne pas y penser, je lacère le dos de la crème.
Aller plus vite, toujours plus vite, afin d’obtenir les papiers. Le chef me les a promis. La carotte au bout du bâton, une carotte bleu-blanc-rouge avec un visage de femme. J’en salive d’avance. Ça me donne faim – la poubelle mange mais pas moi. Des papiers si recherchés doivent être succulents. Une gourmandise de roi. Quand je les aurai, je les cuisinerai à ma façon, puis les mâcherai et les avalerai. Petit bout par petit bout.
Jusqu’à me sentir enfin rassasié.

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

Je tiens à remercier les éditions J’ai lu  cette lecture.

Titre: Sur un malentendu, tout devient possible !
Auteures: 
Collectif
Éditeur: J’ai lu (semi-poche)
Parution : 13/11/2019
Catégorie: 
recueil de nouvelles, romance
Nombre de pages: 
448

Résumé

Onze nouvelles inédites, sur le thème de l’amour et du malentendu, par les lauréats du concours Nouveaux Talents.

Avis

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

Est ce moi qui limite mon esprit ou est ce ceux de l’époque qui étaient en avance sur leur temps? Dire que le texte a été pondu dans les années 1950 me sidère et me donne envie de m’ouvrir moi aussi a des réflexions en dehors du temps et de l’espace.

Résumé:

Cryogénisé à sa mort , le très puissant et richissime Louis Sarapis n’a pas pu être ranimé; pourtant, il continue à diriger son entreprise et à intervenir dans la vie politique américaine! Impossible de téléphoner, d’écouter la radio, de lire le journal ou d’allumer le téléviseur sans entendre ses paroles venues de l’espace…

Mon avis:

Nous sommes dans un futur éloigné , les avancées scientifiques et technologiques permettent de vivre plus longtemps et de survivre en semi-vie même après sa mort. Le décor ainsi planté, nous voilà entrain d’assister à l’enterrement du très puissant et richissime Louis Sarapis. Comme beaucoup avant lui, il a choisi la semi-vie pour continuer à gérer ses affaires (surtout politique) au delà du voile. Son chargé de relations publiques John Barefoot, supervise son réveil et la succession avec la dépressivo-toxico nouvelle héritière de l’empire Sarapis.

Avec un pitch pareil, on était pas prêt de s’ennuyer. Quant à savoir ce qui se passe vraiment , hé ben c’est un peu plus compliqué à dire. Le monde n’étant pas celui qu’on a connu (en histoire comme en avancées), on se demande si c’est possible cette voix qui vient de l’espace. Il y a quelque chose de troublant, ce radotage qu’on entends durant toute l’histoire. Louis Sarapis, omniscient? et même omnipotent (puisqu’il arrive à corrompre tous les médias)? On est dans le flou…

Je n’ai retenu de l’histoire que 2 personnages intéressants. John Barefoot, total opposé de Louis Sarapis (autoritaire, calculateur ) m’a rappelé ce que j’ai lu de la vie de l’auteur sur ses dernières années de vie: dépendant aux médicaments, paranoiac , suicidaire. J’avais envie de le secouer sur certains passages :)

La chute de l’histoire est bien trouvée et j’avais commencé à m’en douter vers la fin! On nous épargne les détails techniques sur la semi-vie et je trouve cela dommage: j’aurais aimé en apprendre plus sur l’univers scientifique dans l’esprit de l’auteur.

En bref

Histoire et écriture sympa. J’ai regretté juste la fin un peu trop précipitée: respectons le rythme les gens ! :)

⭐⭐⭐⭐


























Note (15/20)

Lire Commentaires clos Donnez Votre Opinion

Autres catégories