Le bébé mort — Archibald EMOREJ
By Archibald EMOREJ

Chers camarades, je vous adresse cette note depuis le sud-ouest de Madagascar où je travaille depuis deux ans maintenant, comme d’habitude à régler des comptes avec moi-même, le monde et cette bien triste humanité qui reste pourtant ma plus belle maîtresse. Vous êtes bien occupés en Europe à ce que me disent nos réseaux d’information et je reste de tout cœur avec vous. Je reviendrai riche d’humanité, justement, et partagerai avec vous ce qui ce passe à l’autre bout de la chaîne d’asservissement et de mort (…)

Nos lecteurs proposent
/ ,

September 7, 2015 at 08:20PM
via Le Grand Soir http://ift.tt/1Ne1nUN