A ceus tels que aymois
Au tens que feu fay ombres
Dessus marbles qu’obombre
Moys mors, vive le moys !