stockholm

 

 

En 1969, le modèle suédois enflammait les imaginations des socialistes du monde entier. Le taux de prélèvement fiscal de l’État était  à 41%, à l’époque le plus élevé du monde, ce qui était supposé régler tous les problèmes de pauvreté. Le pays était très influencé par une génération d’économistes tels Karl Gunnar Myrdal, célèbre socialiste, qui avait publié dans les années 60 Beyond the welfare state. Economic planning and its international implications. Cela avait abouti à ce que les impôts progressifs et les programmes sociaux soient plus développés que partout ailleurs.

La Suède devint de fait l’un des pays les plus dépensiers d’Europe avec des dépenses publiques représentant 70% du PIB. Tout ne fonctionnait pourtant pas comme prévu. Le taux de divorce était supérieur de 60% a la moyenne européenne, le nombre d’enfants illégitimes trois fois plus élevé que par le passé, un tiers des enfants suédois naissant hors mariage…

Voir la suite sur Contrepoints