Durant notre séjour à l’Outeiro das Brisas, nous nous sommes rendus à une autre petite ville voisine, Caraiva. Nous avons un peu hésité avant de prendre la route, car de bonnes quantités d’eau étaient tombées, et les chemins de terre s’étaient transformés en marres de boue. Néanmoins, nous sommes partis, et nous ne nous sommes même pas embourbés !

Nous avons traversé la « nouvelle Caraiva » avant de descendre jusqu’à un fleuve, qui nous empêcher de rejoindre la vraie Caraiva. Nous nous sommes donc garés, et avons pris un bateau. La traversée à duré un peu moins de cinq minutes. Nous avons tout de suite aimé Caraiva, car l’accès était assez restreint par le fleuve. Par conséquent, tout le monde était à pied ou à cheval.

Toutes les petites maison du village étaient peintes de couleur différentes, il y avait de nombreux restaurants et petits bars, et quelques magasins d’artisanat local. On a aussi croisé des Indiens qui vendaient des colliers de graines et des cuillères en bois. Il y avait de nombreux touristes, venus prendre le soleil et se baigner un peu dans un endroit calme. 

Nous aussi sommes rentrés dans l’eau car il y avait de bonnes vagues, et mes petites soeurs voulaient « faire le crocodile », c’est-à-dire prendre les vagues et « surfer » dessus, mais sans planche. C’est assez marrant, et si on réussit bien, on arrive jusqu’au bord de l’eau et on a du sable plein le maillot de bain et les cheveux. Je dois avouer que je ne suis pas restée longtemps dans l’eau, et attendant les filles et mon père d’accueil qui s’amusaient dans l’eau, nous sommes allés boire un jus de fruit et manger du manioc frit.

Par la plage, nous avons rejoint le fleuve, et nous nous sommes baignés dans l’eau douce, avant que les gros nuages noirs qui s’approchaient n’éclatent au-dessus de nos têtes, et nous forcent à nous abriter. Nous avons profité de la pluie pour aller déjeuner, et avons mangé du poisson ! Déjà, mes soeurs et les filles des amis venus avec nous ne supportaient plus le poisson et voulait manger du boeuf, mais à Bahia, c’est du poisson ou rien ! C’était très bon, comme toujours. Après le repas, nous avons repris le bateau, car il y avait quelques courses à  faire, à Itaporanga

Ce diaporama nécessite JavaScript.