Virez le Claudio par la porte, il reviendra par la fenêtre… Lorsque j’étais un piètre étudiant en prépas scientifiques, il ne me serait jamais venu à l’idée de fouler un jour le prestigieux campus de Polytechnique. C’est pourtant là que je me suis rendu jeudi 28 mars – plus précisément dans les locaux de l’ENSTA Paris Tech – afin de recevoir le 2ème Prix grand public et le Prix coup de cœur des éditions des Équateurs pour ma nouvelle « La balle n’est pas arrivée, mais Bob Dylan est mort », dans le cadre du concours Nouvelles Avancées organisé par l’école susmentionnée.

 ENSTA

Sur cette photo, j’ai l’air d’écouter attentivement ma collègue, l’écrivain Céline Curiol, mais en fait je ne pense qu’au chèque qui se trouve dans l’enveloppe blanche à hauteur de mon coude gauche…

J’adore ce concours de nouvelles, où j’avais déjà fini 4ème l’an dernier, car c’est un jury mixte scientifiques/littéraires qui juge les textes. Ledit jury était présidé cette année par Cédric Villani, médaille Fields 2010 – l’équivalent du prix Nobel de mathématiques qui n’existe pas (Alfred Nobel ayant été, selon la légende, cocufié par un mathématicien).

Quant à ma nouvelle, elle parle d’un sniper au Pakistan, d’une plage crétoise, de Zénon d’Élée et bien sûr de Bob Dylan. Elle devrait bientôt être en ligne sur le site de Sciences et Avenir : je vous ferai signe en temps utiles.