Comme le soulignaient dès 2009 Reinhart et Rogoff dans leur monumental ouvrage qui a émergé comme le livre culte de la crise financière This Time is Different, Eight Centuries of Financial Folly, les crises sont toujours des crises de la dette, et d’abord et avant tout des dettes publiques. Dans la crise d’endettement que nous vivons, la sortie de crise ne peut se faire que de quatre manières. D’abord par une réduction de la dette sous quelque forme que ce soit : défaut du pays (Islande), abandon volontaire des créanciers (Grèce), réduction des intérêts, rééchelonnement de la dette, taxation des dépôts (Chypre).

La suite dans le nouvel Economiste