Chaque semaine, Mad Men, la série américaine en vogue qui illumine maintenant depuis plusieurs années nos écrans de télévision, commence avec la silhouette de son personnage principal en train de faire une chute sans fin le long de la façade clinquante d’un immeuble de bureaux des années 60 sur la Madison Avenue à New York. Le « mème » d’hommes en costumes qui tombent dans le vide sur fond de gratte-ciel Newyorkais est inscrit dans nos mémoires visuelles depuis les images tragiques diffusées dans le monde entier le 11 septembre 2001. Mais les créateurs de Mad Men ne sont certainement pas en train d’établir un quelconque lien anachronique entre le monde de la publicité des années 60 et le terrorisme contemporain. L’ombre tombante du protagoniste de la série illustre plutôt les conséquences de ses échecs moraux en établissant une analogie avec les nombreux banquiers qui, après avoir perdu au jeu leurs propres économies et celles des autres avant la crise de Wall Street de 1929, se suicidèrent en se jetant d’une fenêtre.

La suite ici: la vie des idées.fr