Difficile quand on est si loin de savoir et de comprendre ce que vit la population centrafricaine. Vous l’avez sans doute entendu ou lu dans les médias hier ou aujourd’hui : la République Centrafricaine vit à nouveau des troubles politiques. Les « rebelles » seraient aux portes de la capitale prêts à renverser le pouvoir.

Nous sommes de tout cœur avec eux.

Les nouvelles que j’ai pu avoir ces derniers jours via des français sur place et sœur Agnès sont inquiétantes mais pas désespérées. A l’orphelinat La Goutte de Lait, les stocks de riz, de lait pour les bébés et les plus grands, de bouillie ont été faits. Sœur Agnès m’a dit qu’elle pouvait sortir si elle en avait besoin. Les enfants petits et grands par contre sont tous à l’abri et ne mettent pas le nez dehors. La situation à Bangui reste, pour l’instant calme, mais ce qui change, c’est la présence de l’armée  dans les rues.

Les manifestations d’hier et d’aujourd’hui ont parfois semé le trouble. Sœur Agnès me dit que personne ne sait grand chose de la situation et de l’avancée des rebelles. Sont-ils vraiment aux portes de Bangui? Elle fonde ses espoirs sur les pourparlers qui doivent démarrer dans les heures à venir. Tout peu basculer… et tout peut se solutionner grâce aux dialogues.

Alors espérons avec elle… Elle est une sage, et si tout le monde pouvait la prendre en exemple, toutes les guerres disparaîtraient en une parole.

Tous les enfants de l’orphelinat vont bien et sœur Agnès continue à veiller sur eux comme sur la prunelle de ses yeux. C’est sa vie et nous savons tous qu’elle est prête à la donner pour eux.

N’hésitez pas, via ce blog, à laisser vos messages de soutien. Je l’appelle très souvent et je pourrais lui en faire part. Elle et tous les centrafricains en ont vraiment besoin.

Isabelle Forboteaux