Après 1 semaine de voile, nous sommes de retour sur le plancher des vaches (comme ont dit chez nous…).

Le Cordon Rouge

La semaine a plutôt bien commencé, notre capitaine Pierre Labonté (École voile Sogno) nous a tout de suite expliqué les rudiments de la voile et mis très à l’aise. Nous avons débuté avec 2 heures de voile et la deuxième nuit à Grand Case.

Les médicaments ont plutôt bien fonctionné car j’avais un mal de cœur de 2 à 3 sur 10 (Échelle de vomis de Robitaille).

Je vais maintenant  vous expliquez ma codification de mon système de mal de cœur, soit l’échelle Robitaille…. De 1 à 10, ou à 0 tu n’a aucun symptôme et à 10…et bien ça sort sans retenu et surtout… sans contrôle!

Pour la troisième journée, nous avions a traverser vers l’île de Tintamare. La traversée à durée environ 2 heures et les vagues (houle inclue) étaient environs 2 mètres. Pour ma part, c’est à ce moment que mon pied non-marin c’est fait sentir, J’me suis rendu à 10 sur l’échelle Robitaille à 2 reprise. Nous avons ensuite coucher dans une baie de cette petite île et la nuit fut, en somme toute, assez agréable.

Le lendemain, c’était l’épreuve ultime vers Saint-Barthélemy, une traversée d’environ 3-4 heures avec une combinaison houle-vagues de 2.5m. Je suis monté à 10 à plusieurs reprise sur l’échelle Robitaille et j’avais très hâte de m’ancrer près de l’île et même d’y poser mes pieds sur cette terre. Ce que nous avons fait le lendemain seulement. La nuit fût assez mouvementé car une houle du nord nous a fait tournoyer, valsé, titubé toute la nuit….Après quelques heures de sommeil, nous avons passé la journée sur terre, au grand plaisir de mon estomac!

Quelques bateaux de « pauvres » à Saint-Barth……

Nous avons visité l’île en scooter et y avons découvert des plages assez désertes. les petits coins paradisiaques se succèdent et l’île est en somme toute peu développé! Par contre, tout ce qui s’y trouve est relativement très dispendieux et en plus en Euro!

Le retour vers notre ile (Saint-Martin) fût très agité avec une combinaison vagues-houle de 3 mètres. Par contre j’suis seulement montée à 6-7 sur l’échelle de vomis de Robitaille! Un vent de dos nous a ensuite permis de faire le trajet de 4 heures vers l’anse Marcel de l’île de Saint-Martin ou nous avons passé la nuit sous une houle d’enfer. J’ai dormi comme dans une machine à laver! La houle nous a brassé toute la nuit jusqu’à penser que la bateau se couchait complètement! Nous n’avons pas dormis de toute la nuit. Nous avons fait une estifi de brassé……

Le Cordon Rouge dans l’Anse Marcel avec son Capitaine, Pierre Labonté

La fameuse Anse Marcel

Le dernier passage vers la marina de Fort Louis fût assez rapide et avec seulement 4-5 sur l’échelle Robitaille sur 2 heures de trajet. Inutile de vous mentionnez que j’ai accueilli la terre ferme comme un billet de loterie gagnant! Que ça fait du bien de revenir sur le plancher des vaches!

Il faut dire que nous avons adoré la vie de bateau, c’est assez simple et surtout très différent d’une place à l’autre. Le seul point négatif est mon mal de cœur constant! Difficile d’y échapper et de passé par dessus!

Par contre, notre séjour avec Pierre fût très agréable. Je le recommande à tous ceux qui aimerais explorer la voile ou même faire un cours de voile car il est instructeur certifié.

Pour le reste du voyage, plongée au menu avec bien sur un bon rouge ou un rosé pour finir la journée (À la française…)

Ray