Je pense qu’il est très important que nous remercions et que nous gardions la trace des Autrichiens qui ont prédit la bulle immobilière. Que cette remarquable contribution de l’école praxéologique ne tombe jamais dans l’oubli. Pourquoi dis-je cela ? Tout d’abord, pour rendre honneur quand cet honneur est mérité. Trop souvent, on rend honneur aux seuls économistes mainstream ; il est temps, il est grand temps, qu’un peu de mérite soit publiquement accordé à l’économie autrichienne et à ses praticiens : la prédiction de la bulle immobilière fera très bien l’affaire en réservant le mérite qui est dû à ce qui ne constitue qu’une petite partie de leurs accomplissements. D’autre part, je m’intéresse à ces prédictions afin de promouvoir cette école d’économie, qui est le meilleur dernier espoir pour l’humanité. L’école de pensée de Menger, de Böhm-Bawerk, de Mises et de Rothbard serait-elle plus largement connue, et les politiques publiques se baseraient plus fortement dessus, nous ne souffririons pas des difficultés économiques qui nous assaillent aujourd’hui.

 

La suite sur l’Institut Coppet