2013-01-26 001Une semaine très chargée se termine à Pioneer Village. Quatre jours de festivités, avec terrasse beer garden, spectacles d’artistes locaux, danses, et salon d’artisanat. La grosse bière en fût de 16 onces, le système métrique n’existant toujours pas ici, se vend un mince dollar. Inutile de préciser que la place est bondée d’amateurs de houblon. Chaque midi, un dîner communautaire se tient dans la grande salle et la bouffe est offerte à des prix dérisoires. Rien pour crever un budget et c’est très couru. De nombreux tirages de prix de même que l’incontournable moitié-moitié, complètent la programmation. L’événement revient à chaque fin de janvier et se termine par une compétition hilarante d’habileté au volant de voiturettes de golf. Comme pour embellir l’événement, Dame nature était de notre bord avec plein de soleil et mes mercures qui dépassaient les 30°C.

On prend des nouvelles du Québec qui traverse péniblement janvier dans le froid intense. Mis à part la fraîcheur des dernières nuits, on ne peut pas dire qu’on en subit l’influence en journée, mais on a une belle pensée pour vos souffrances, les orteils bien enfouies dans le sable. Ça passe tellement vite que février commence déjà à se pointer le bout du nez. Avec le spring break qui approche à grand pas, les plages connaitront l’affluence des jeunes jusqu’à la fin mars. L’action ne manquera pas.

D’un côté plus personnel, j’ai recommencé mes randonnées de vélo avec mes sbires Marcel, Gilles et Benoît. Un petit 10-12 kilomètres chaque matinée pour se rendre à l’épicerie du coin pour valider nos loteries et acheter quelques carottes à l’intention des chevaux que je collationne au retour, dans un ranch. L’endroit attire d’ailleurs pas mal de curieux qui s’y arrêtent pour une toute autre raison; un couple d’aigles, affairé à s’occuper de leur progéniture, née récemment. En fait, c’est tellement populaire que le propriétaire du terrain a fait installer une caméra infrarouge tout en haut de l’arbre et qui diffuse en direct et en continu, l’activité au nid. Voici d’ailleurs le lien, si vous voulez y jeter un coup d’œil, avant que les petits ne quittent le nid. C’est la folie furieuse ici. Une horde de photographes, équipés de lentilles énormes, scrutent patiemment la scène pour ne rien manquer du spectacle que leur réserve leur première envolée, pour ainsi réaliser le cliché le plus spectaculaire.

2013-01-26 009Finalement, la fin de semaine s’est terminée au restaurant Applebee’s, pour l’anniversaire du beau-frère Jean-Guy, ou Boum-Boum, pour les intimes. Nous étions 17 à célébrer son 65e anniversaire. Et oui, il est maintenant retraité fédéral. Il n’a pas encore reçu sa carte de «vieux» ni son premier versement, mais ça ne saurait tarder. De plus en plus de gris orne sa chevelure même s’il se dit en pleine forme. Là-dessus je dois avouer qu’il a raison. Cependant je le mets en garde, parce qu’atteindre cet âge avancé, ça prédispose à la marchette, aux couches et au manger mou. Par contre, comme vous pouvez le constater sur cette photo, accompagné de Francine et «Fluffy» notre serveur, il est loin d’être rendu là.