La politique monétaire ultra laxiste de la Federal Reserve, en raison de ses inévitables implications inflationnistes à venir, fait  monter les taux d’intérêt US à moyen et long terme donc chuter les obligations US, c’est-à-dire conduit à l’inverse de ce que souhaite cette banque centrale qui se trouve ainsi contrainte d’acheter elle-même l’essentiel des obligations émises par l’État et les grandes agences gouvernementales US dont les investisseurs privés et institutionnels (US comme étrangers) ne veulent plus. Ce qui pourrit un peu plus son bilan, aggrave l’endettement global des USA, pèse négativement sur leur économie comme sur les finances de leurs particuliers et entreprises (lesquels doivent emprunter plus cher ou bien cessent d’emprunter d’où la “trappe à liquidités” US actuelle dans laquelle la création monétaire massive US reste bloquée, puisque la vitesse de circulation de la monnaie US et le multiplicateur de crédit US s’effondrent). Une illustration de la remarque de Ludwig von Mises qui disait que “Les crises économiques sont provoquées par les politiques monétaires expansionnistes des banques centrales“.

La suite sur le Forum monétaire de Genève