Un « Etat totalement en faillite » ? Ce n’est pas une expression anodine et si Michel Sapin, ministre du travail, essaie de se rattraper en affirmant que ce qu’il a dit, le 27 janvier sur Radio J, relevait de l’ironie, l’utilisation de mots aussi graves dans un contexte économique aussi tendu n’a rien d’ironique. Il y a au moins un ministre du gouvernement actuel qui n’est pas dans le déni de réalité.

Que l’Etat soit en faillite est un secret de polichinelle. François Fillon, alors Premier Ministre de Nicolas Sarkozy, l’avait déjà dit en 2007. Avant cela, sous Chirac, c’était aussi quelque chose dont on avait conscience et qui se murmurait dans les couloirs des ministères et du parlement. Les responsables politiques savaient bien que la situation était intenable et que l’Etat français ne pouvait plus faire face à ses dépenses sociales. « C’est la raison pour laquelle, il a fallu mettre en place des programmes de réduction des déficits et aucune sirène ne doit nous détourner de cet objectif de la diminution des déficits, c’est fondamental pour le financement de notre économie, et la création d’emplois » précise Michel Sapin sans que l’on sache s’il croit vraiment à ce qu’il dit.

Voit Contribuables Associés