farandoleCap Atlantique ( 1 président & 14 vice-présidents ) a voté à l’unanimité moins  1 voix verte de peur – il n’ y a pas que dans l’armée où il y a des godillots – le budget 2013. Pour Le Croisic 2013, nous attendrons quelque peu…L’année prochaine.

Une farandole de la dépense à Cap Atlantique !

Première avance Ayraultport : 320.000 euro, en attendant les 3,6 millions, voilà, quelques autres éléments;

  • Fonctionnement Cap-Atlantique : 58,6 millions
  • Budget pour l’eau, en fonctionnement : 2,8 millions
  • Fonctionnement assainissement de l’eau : 9,2 millions
  • Parc auto : 94.000 euro
  • Bâtiments administratifs : 439.000 euro
  • Photothèque : 15.000 euro
  • Piscine bauloise : 236.000 euro
  • Musée des Marais Salants : 758.000 euro
  • Etude faisabilité d’une piscine à Herbignac : 140.000 euro
IMPOTS CAP ATLANTIQUE

Ouest-France

Vivons heureux avec ce carrousel de dépenses, superfétatoires, pour certaines, alors que tous les mois nous connaissons la venue de 40.000 nouveaux chômeurs « officiels » et qu’en parallèle la gestion du régime des retraites annonce une impasse budgétaire annuelle de 20 milliards d’euro… Excusez-moi du peu, messieurs les retraités, particulièrement représentés dans notre cité !

Faudra-t-il s’attendre à voir nos pensions prendre le régime minceur… comme les grecs et pingouins ?

Le président de Cap Atlantique et ses 14 vice-présidents qui l’accompagnent dans ses choix si judicieux, qui ont brillé antérieurement dans le dossier CFE ( bourde intercommunale ), se distinguent encore par une vision rigoureuse de la gestion budgétaire, avec nos deniers, soit disant publics.

Remarquer, comme s’il était besoin de le faire, cette malheureuse initiative accordée au Musée des Marais Salants qui peinera fortement encore à équilibrer son budget de fonctionnement ; il le fallait bien, pour le prestige. Nous paierons encore plus tard…l’addition salée.

Quelqu’un m’a fait parvenir ce commentaire, après avoir lu l’article d’Ouest-France :

« Après lecture, je ne fais qu’un commentaire lapidaire : Pauvre France, Pauvres élus, Pauvres contribuables »

Étonnez-vous de lire ceci, dans la presse nationale:

IMPOTS LOCAUX

Oui, en effet, il a raison, je suis un pauvre contribuable au sens propre et figuré, et je vais devoir me caser.