Fish&Chips

Depuis vendredi de la semaine dernière, c’est à dire le 15 février 2013 je voyage.
London, j’en rêvais, je l’ai fait.
Un super séjour, non un très joli périple ou je me suis jaugée, ou j’ai appris à me faire confiance intérieurement évidement. Car au vu de l’extérieur je semble toujours très forte et surtout hors d’atteinte.
Fred mon Ami anglophone, que je ne remercierai jamais assez pour son accueil, pas facile pour lui. Verseau tout comme moi à fleur de peau… J’ai ressenti. Sa femme et ses filles lui manquent, mais quitter l’Angleterre le déchire.
C’est ainsi qu’est la vie, devoir faire des choix ou les subir.
Ce soir j’écris sans musique, le silence m’entoure, tout comme celui que ma mère a laissé derrière elle il y aura un an demain. Le 26 février 2012.
Lorsque je suis revenue mardi soir, je n’ai eu que le courage de passer devant le frigo, d’attraper deux ou trois bricoles, me faufiler sous la douche et de préparer mes affaires pour un aller-retour dans la journée à Munster.
Traversée des Vosges par le col du Calvaire, au retour je suis passée par « le valtin » charmant village entre deux montagnes. J’ai adoré cette escapade, l’aller comme le retour. Merci à Ben pour le « debriefing » et de m’avoir rassuré sur l’entretien de plus de deux heures avec le directeur commercial cette fois.
Mon premier entretien à Paris me sembla plutôt cool, comparé à Munster, surtout sachant que ce n’était pas la procédure habituelle. Bref j’ai la sensation d’être un Outsider, hors je suis toujours dans la course. Visiblement les mamans ambitieuses, célibataires avec des enfants font peur.
Mercredi midi, départ pour Annecy, moi qui voulait prendre le train c’est loupé! Entretien Jeudi toute la journée au centre, avec essais technique et là, cette fois je suis dans la procédure habituelle et je sais surtout que je n’aurai pas de deuxième chance. C’est la dernière ligne droite… Et donc le dernier train en journée est à 15h50, mon entretien ne sera jamais fini et je me dois de ne pas partir comme ça … Sinon c’est 22h30, avec une nuit dans le train et pas vraiment envie de cela, sachant que le vendredi je dois être à l’hôpital pour mon injection.
Mes nuits sont agitées, je dors très mal. Je vais partir le coeur léger, le plus léger possible, pour arriver mercredi soir et retrouver l’endroit ou nous nous sommes rencontrés avec Fred, et oui c’était à St Jorioz, lors d’un stage. Mon hôtel dans le vieux Annecy pas très loin de là « Le Freti » raffineur fromager et aussi très bon restaurant. Un vrai régal surtout pour notre dernière soirée, la fameuse fondue savoyarde, surtout bien arrosée … Je me suis couchée toute habillée ce soir là je me souviens. Voilà pourquoi je vais partir le coeur léger, que de bons souvenirs de cet endroit.
Evidement les louloutes cette semaine sont avec moi et ça commence le casse tête… Ce job va avoir de lourdes conséquences, avec, à mon avis d’énormes concessions.
Le jeu en vaut la chandelle et je sais que je pourrai enfin m’éclater dans ce type de job. Dans un métier que j’aurai choisi et non pas celui que ma mère aura décidé que je fasse.

PS: Ce qui est drôle c’est que lorsque je termine un écrit, je choisi dans quelle catégorie le classer et ce soir, je le classe dans 7 catégories.