Lundi 16 avril  Vers Hakone

 

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Lever à 7h, mon sommeil devient meilleur, les effets du décalage horaire s’estompent.

Aujourd’hui, nous quittons Tokyo pour entamer le circuit proprement dit.

 

A 8h30, le minibus est chargé et nous roulons sur les autoroutes urbaines pour sortir de la ville. Mon impression générale face à Tokyo est positive. Certes, c’est très grand mais c’est aussi spacieux et, grâce aux parcs et aux ruptures de style architectural, Tokyo ne donne pas une sensation écrasante.

Cette fois-ci nous quittons la ville par le sud en longeant la baie de Tokyo, très industrialisée.

Nous passons par le grand port de Yokohama, traversons la terre ferme pour retrouver la mer de l’autre côté, dans la baie de Sagami. Nous suivons l’antique route du Tokaïdo qui reliait Edo (Tokyo) à Kyoto. Nous faisons un premier arrêt à Kamakura pour visiter un sanctuaire shintoïste.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

On y retrouve les plaquettes votives, le support à vœux, les papiers pliés et l’autel avec ses offrandes de saké.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Plus loin se tient le grand Bouddha et le temple Kotoku-in. Pour parvenir au pied de la statue, il nous faut  marcher quelques centaines de mètres,

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

monter quelques escaliers,

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

traverser les cours successives avec les boutiques.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Nous ne sommes pas seuls à visiter, toute une classe de collège nous accompagne. Remarquez la longueur variable de la jupe d’uniforme. Cocasse, non ?

Pour nous mettre en appétit, nos guides nous font découvrir un charmant sanctuaire dédié à Inari, déesse des moissons dont l’animal fétiche est le renard.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Monsieur et madame renard.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

L’endroit est situé un peu à l’écart, sur une petite colline, et respire une agréable sérénité.

 

Toutes les offrandes déposées dans les différents temples des sanctuaires amènent les pilleurs de troncs.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Je fais la connaissance de l’un d’entre eux, ma foi, fort sympathique.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Nous passons devant les offrandes de saké dont les futs sont toujours bien décorés.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Le bassin de purification

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Et enfin le Grand Bouddha.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Cette statue monumentale fondue au 13ème siècle est haute de 11m40. L’expression du visage est particulièrement belle et sereine.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Dans les espaces plus spécifiquement dévolus au bouddhisme, on trouve la fleur de lotus

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Et le brûle parfums

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Après cette visite à Bouddha, nous reprenons le minibus jusqu’au sanctuaire d’Hase Dera. Les temples s’étagent ici à flanc de colline, précédés par des jardins sublimes. Le printemps commence, il y a quelques azalées en fleur, des petites pièces d’eau avec cascades. C’est extrêmement agréable.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Après une première volée de marches, nous arrivons sur une terrasse consacrée à Jizo, le guide des enfants morts. Il y en a des milliers.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Alignés et fleuris

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Assis ou debout

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Il y a aussi des jouets, des peluches, des objets appartenant au monde de l’enfance.

C’est très émouvant.

Plus haut encore, d’autres temples

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

Où nous retrouvons Bouddha sous sa forme Kannon.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

La terrasse offre une très belle vue sur la baie de Sagami.

 

 

Nous reprenons la route en direction d’Hakone, notre destination du jour. En chemin, nous nous arrêtons pour le repas de midi : riz, soupe de miso et multitude de petits plats. Parmi ceux-ci, j’identifie des pousses de fougères, des algues hijiki, du tofu bouilli, du flanc au poisson, des légumes en saumure, du poulpe en sauce. C’est délicieux. Normalement dans un repas japonais, il n’y a pas de dessert. On nous sert une mousse de café dont je m’abstiens préférant siroter une tasse de thé bien vert.

Nous arrivons enfin au lac Ashi, ancien cratère de volcan rempli d’eau au bord duquel se trouve encore un ancien relais de la route du Tokaïdo. Nous allons faire une promenade sur le lac parce qu’il parait que c’est un bon observatoire pour apercevoir le mont Fuji.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

En cette saison, la brume ne laisse rien deviner de la grandeur du Fujisan. La croisière est agréable, les rives sont plantées d’arbres magnifiques.

 

Nous poursuivons notre route et arrivons dans une vallée encaissée. Les maisons et les hôtels s’agrippent aux flancs de coteaux. Nous sommes arrivés à la station thermale d’Hakone-Yumoto où nous logeons dans un ryokan, une auberge traditionnelle. Ce matin, nous avons du abandonner nos valises pour ne garder qu’un petit sac avec le strict nécessaire. Le ryokan présente un contexte tout à fait particulier, celui de la cure. On se promène dans le bâtiment en costume japonais et en mules, les chaussures sont prohibées comme dans de nombreux endroits au Japon. Pour arriver jusqu’à nos chambres le trajet semble ne pas vouloir finir. La réception nous a munis de plans.

La chambre présente deux espaces, une partie japonaise avec tatami et une partie occidentale avec lits, chaises et table. On peut donc choisir sont logement. Pour moi, c’est tout choisi : tatami, table basse et futon.

C’est très spacieux, il y a un hall d’entrée pour se déchausser, à droite les toilettes avec leurs mules, à gauche une pièce avec un lavabo suivie par une autre pièce avec la douche et plus loin une baignoire rectangulaire au rebord assez haut où il est impossible de s’étendre. Ici, il est impensable d’entrer dans une baignoire sans s’être douché et lavé au préalable. La baignoire est un endroit de détente.

 

Dans la penderie, je trouve un pantalon large et un yukata assorti (vert avec des motifs fleuris) ainsi qu’un hakana rouge foncé. Je me vêts, tout cela est du meilleur effet. Je jette un coup d’œil par la fenêtre avant la tombée de la nuit : on dirait un village des Vosges, tout est vert foncé avec une humidité perceptible. Les fenêtres sont obturées par des panneaux coulissants recouverts de papier. Toutes les portes de la chambre sont coulissantes et les tatamis bien épais donnent une sensation feutrée.

Maintenant que je me suis familiarisé avec mon logement, je vais vivre l’aventure de l’onsen, le bain en commun. Me voilà parti par les interminables couloirs et les ascenseurs en direction des bains. Il y a un côté pour les hommes et un pour les femmes. Je laisse mes mules dans la partie basse du vestiaire et je regarde comment procèdent les autres. Je dépose mes vêtements dans un panier disposé sur des étagères et j’entre dans la salle de douches. Passé la porte, mes lunettes se couvrent de buée. Il ne me reste qu’à les enlever.

Le centre de la pièce est vide, le long des murs, à 50cm du sol se trouvent des douchettes, les unes à côté des autres. Certaines sont séparées par des parois transparentes. Il y a des petits bancs qui permettent de s’asseoir à la bonne hauteur, une bassine, du savon, des shampoings et autres accessoires de toilettes. Plus loin se trouve le bassin d’eau chaude. Pour y entrer, il faut s’être lavé méticuleusement, ce que je fais. C’est très discret mais je me sens observé. Enfin, je me lève et me dirige vers l’eau.

Quelques marches permettent de descendre dans la vasque dont la profondeur n’excède pas 1m50. Il y a une fontaine sur un côté et une sorte de baignoire plus petite avec des jets et des bouillons. Il fait chaud mais jusque là, tout va bien. Je plonge le bout de mon pied dans l’eau et le retire à grande vitesse : l’eau est au moins à 45° si pas plus. Je prends donc mon temps pour apprivoiser la température. Une fois que tout le corps est dans l’eau, je perçois l’effet relaxant. J’essaie aussi les jets : c’est très bon. Après 10 minutes dans cette étuve, je rejoins le vestiaire pour me sécher.

Là aussi, tout est prévu : coton-tige, produits hydratants de la marque Shiseido, peigne, sèche-cheveux, mouchoirs en papier, ouate, etc. Rhabillé et rechaussé, je remonte à ma chambre.

 

Avant l’heure du repas, j’ai le temps de faire un somme. Comme le futon n’est pas encore sorti de l’armoire, je m’étends sur un des lits à l’occidental et je plonge dans un sommeil paisible.

Notre repas du soir a lieu dans un cabinet particulier. Nous sommes assis sur deux rangs face à face. Devant chacun, une table basse avec un petit braséro en terre épaisse rempli de charbons de bois incandescents. L’hôtesse dépose devant moi un plateau bien garni et m’explique en anglais ce qu’il contient. Au Japon, il n’y a pas d’ordre dans le repas, chacun choisit sa façon de procéder. Je préfère garder la soupe au miso pour la fin. Je dépose sur le braséro le récipient qui convient à cet usage, il contient du bouillon et des légumes. Je peux y faire cuire le poisson cru ou la viande de bœuf gras coupée en tranches très fines. A côté des légumes, des œufs (présents à tous les repas), de la pâte de poisson, des légumes en saumure et des aliments que je connais déjà, je découvre une pâte grisâtre ayant peu de gout : du gluten. Il y a aussi, enfilées sur un bâtonnet de bois, trois billes de couleur (blanc, vert, rose) J’imagine déjà une saveur salée mais, ô surprise, c’est sucré. C’est de la pâte de riz parfumée et sucrée. Les mets continuent à arriver : crevettes crues, ormeaux à la pâte de riz, abalones. Plaisir de la découverte.

De retour dans ma chambre, le futon est étendu sur le sol. Je me dis que si j’ai mal au dos, je me rabattrai sur le lit à l’occidental mais ce ne sera pas nécessaire.

Ah, la literie japonaise, quel confort !

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

 

 

A suivre…