Salut les copains !

Maintenant que je vous ai montré le Jidai Matsuri, finissons ce voyage à Kyōto !
J’y ai vu beaucoup de choses, dont certaines vraiment splendides, et en voici le récit.

Donc ce coup-ci, beaucoup de photos et moins de blabla.

Hi there!

Now that you’ve seen what the Jidai Matsuri was like, let’s finish off this trip to Kyōto, shall we?
I visited many places, some of them particularly beautiful, and here is the tale of the rest of my trip.

So, this time it’s lots of pictures and less talk.

Un endroit que j’ai bien aimé (et que certains d’entre vous reconnaîtrons de facebook) c’est le Tō-ji avec sa pagode à 5 étages, la plus haute du Japon ! (55m)
One of the places I liked (and that some of you might recognize from facebook) was the Tō-ji and its 5-floor pagoda, the highest in Japan! (55 m)

4 [1024x768]

En plus, quand j’y étais c’était le jour du mois où se déroule une foire (brocante, stand de nourriture, etc.).
Qui veut des bons takoyakiiii ? Miam, miam !

What’s more, the day I was there was the day of the month when they have a fair (secondhand market, food stalls, etc.).
Who wants some nice and freshly cooked takoyakiii? Yummy!

Le soir je suis allée boire un verre dans le Sky Lounge de la tour de Kyōto. Quoi de mieux que d’admirer la vue sur la ville, au crépuscule, en sirotant une délicieuse liqueur de prune?
In the evening, I went to have a drink at Kyōto Tower’s « Sky Lounge » bar. Is there anything better than admiring the view of the city at sunset, while sipping a delicious glass of plum liquor?

 

Comme certains d’entre vous le savent, je suis partie toute seule à Kyōto. Cependant, comme je logeais dans une auberge de jeunesse, j’ai pu rencontrer plein de gens formidables et me faire de nouveaux amis ! Et en voici justement lors d’une sortie dans un savoureux restaurant de yakitori !
As some of you might know, I went to Kyōto on my own. However, as I was staying in a youth hostel, I was able to meet lovely people and make new friends! And that’s us at a succulent yakitori
restaurant!

 

Le lendemain, 3ème jour de mon séjour et jour du Jidai Matsuri, j’ai passé la matinée au magnifique et très, très célèbre sanctuaire Fushimi-Inari. « Inari » comme la divinité shintō représentée par un renard, et gardienne  (entre autres) des céréales, de l’industrie et du commerce : la star du sanctuaire.

C’est simple, quand on vous parle du Japon, vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais il y a presque toujours une image de cet endroit. Et pour cause ! Son couloir de torii, les arches shintō vermillon, sillonne la colline boisée sur près de 4 km et vous transporte dans un univers calme, mystérieux, raffiné et naturel. Un pur bonheur !

Arrivé au sommet, les plus intrépides pourront choisir de faire une longue promenade en forêt (à leurs risques et périls, car on s’y perd facilement, et il vaut mieux parler la langue pour retrouver son chemin).

The following morning, on the 3rd day of my stay and right before the Jidai Matsuri, I went to the beautiful and extremely famous Fushimi-Inari shrine. The shrine is named after a shintō deity, Inari, symbolised by a fox and guardian of the crops, the industry, the commerce, and many other useful things : as you may guess, he’s the guest star of this shrine.

In short, you might not realise it, but every time you see something about Japan, you always get a picture of this place. And for a good reason! The tunnel of torii, shintō vermilion gates or arches, criss-crosses the wooded hill on a distance of approximately 4 km, and carries you away to a quiet, mysterious, refined yet natural place. A pure delight!

Once you get to the hilltop, the most intrepid ones may choose to go for a long walk in the forest (at their risks, as one might easily get lost, and had better speak the language to find their way back…).

 

C’est donc en toute logique que le soir, après toutes les aventures de la journée, nous sommes allées au restaurant manger une soupe de nouilles (udon) et des sushis tous les deux… au renard ! Pas de panique, c’est ainsi que l’on appelle le tôfu frit, tantôt renard, tantôt inari ! (kitsune udon, inari-zushi). Peut-être pour sa couleur jaune-orangée? Un vrai délice ! Hihi

So it is quite logically that in the evening, after all the adventures of the day, we went to the restaurant to have some nice… noodle (udon) fox soup and inari sushi! Don’t freak out, that’s how they call fried tofu : either fox or inari (kitsune udon, inari-zushi). Maybe because of its yellowish-orangish colour? Anyway, it was delicious! Heehee

 

Le lendemain, j’ai bravé les éléments et rassemblé mon courage pour aller visiter sous la pluie le château Nijō et ses beaux jardins construit en 1603 (merci mon sang britannique). Puis je suis vite allée me réfugiée dans un merveilleux restaurant traditionnel de tōfu, avec décoration et meubles à la japonaise, serveuses en tenue et tout, et tout ! J’ai adoré ! (mais mes genoux ne s’en sont pas remis…).
The next day, I had to brave the elements and gather my strength to go out under the rain and visit the Nijō castle and its pretty gardens, built in 1603 (I probably succeeded thanks to my British blood). Then I hurriedly went to take shelter at a wonderful and traditional tōfu restaurant, with a Japanese decoration, waitresses nicely dressed up, and all! I loooved it! (my knees never got over it, though…).

 

Puis je suis allé21 [1024x768]e à Arashiyama, et je me suis tranquillement promenée dans sa forêt de bamboo. Au retour, j’ai eu la surprise de rentrer dans un petit train pour le moins… élégant !21-1 [1024x768]
Then I went straight to Arashiyama and had a quiet walk through its bamboo forest. I was quite surprised on the way back by the allure of the little train. Quite the fancy style!

 

Lors du cinquième et dernier jour de mon voyage, j’ai pu visiter le palais impérial (en groupe et sur réservation uniquement, bien que l’Empereur ne s’y rende que très rarement)…
On the fifth and ultimate day of my trip, I got to visit the Imperial Palace (in a group and on reservation only, though the Emperor scarcely stays there nowadays)…

…Puis j’ai emprunté le chemin des philosophes, réputé pour sa beauté au printemps lorsque les arbres se parent de fleurs, et encore remplis d’oiseaux gazouillant qui se font une beauté dans les flaques d’eau, pour me rendre au Ginkaku-ji : le Pavillon d’Argent, apparemment l’un des lieux touristiques les plus « décevants » au Japon !  Mais c’est néanmoins un très joli endroit. En fait, ce sont les conditions économiques de l’époque qui ont fait qu’il n’a jamais reçu sa noble parrure, contrairement au….

…Then I followed the Philosopher’s Path, famous its beauty when the trees attire theirselves in spring’s blossoms, and still filled with chirping birds taking their baths in puddles, all the way to the Ginkaku-ji : The Silver Pavilion, one of Japan’s most « deceiving » touristic place from what I’ve heard! Nevertheless, I thought it was a very nice place. Actually, it never got its noble coating because of the economic context of the time, unlike the…

 

…Kinkaku-ji, le Pavillon d’Or ! J’y allée juste après avoir vu le sanctuaire Shimogamo, l’un des plus vieux de Kyōto. Le Pavillon d’Or, c’est un peu la Tour Eiffel de Kyōto : on ne part pas sans l’avoir vu. Et ça en vaut le coup !  Entièrement doré, le pavillon resplendit au moment du couché du soleil (j’y étais, huhu). Donc oui j’ai craqué : plusieurs photos.

…Kinkaku-ji, the Golden Pavilion! I went there right after seeing the Shimogamo shrine, one of the eldest in Kyōto. You could say the Golden Pavilion is Kyōto’s Eiffel Tower : you cannot leave before visiting the place. And trust me, it’s definitely worth it! With its golden finery, it is ablaze with light in the setting sun (and I was there, huhu). So yes, I couldn’t resist uploading several pictures of it.

 

Et pour finir j’ai foncé jusqu’au Ryoan-ji (merci le Guide Du Routard de t’être trompé dans les horaires de fermeture) pour en fait me retrouver avec le temple presque pour moi toute seule : les conditions idéales pour visiter ce lieu dédié à la méditation poétique. Son jardin sec zen est ultra célèbre (il apparaît d’ailleurs dans plusieurs films), notamment pour le placement de ses 15 rochers que l’on ne peut jamais tous voir en même temps. Il en manque toujours un !
A l’arrière se trouve la fontaine Tsukubai, sur laquelle est inscrit un proverbe Bouddhique, mais je vous laisse la surprise. ;)

Lastly, I dashed to the Ryoan-ji (thank you, guide book, for mistaking the closing hours…) to realise I -almost- had the whole place to myself : the best way to visit this temple and its gardens dedicated to poetic meditation. Its dry garden (zen) is extremely famous (it even appears in several films), particularly for the positionning of its 15 rocks, which you can never see all at once. At best, there will always be one missing!
At the back is the Tsukubai stone water basin, on which is written a Buddhist saying, but I’ll let you discover that for yourself. ;)

Et nous voici à la fin du périple ! OUF !
J’espère que malgré le temps et la longueur, ce récit et les photos qui l’accompagnent vous auront plu. D’autres articles (nettement plus légers) sont à venir, donc venez checker le site régulièrement ! ;)

A bientôt !

And that’s the end of the journey! Whew!
I hope that despite the time and length of it, you enjoyed this tale and the pictures that came with it. Other articles (which will be a lot lighter) are on their way, so come check the progress of the blog regularly! ;)

See you!

36