Merci pour vos commentaires ! En effet, comme la gentrification est un phénomène dynamique, je suppose que je participe moi-même au mouvement en allant m’installer ailleurs. Par contre, même ceux qui voient d’un mauvais oeil l’arrivée de nouveaux occupants dans l’arrondissement d’Hochelaga doivent comprendre que je ne suis loin d’être une bourgeoise.
Selon une entrevue que j’ai écoutée il y a quelques semaines à La tête ailleurs sur les ondes de Radio-Canada, la gentrification de Hochelaga est annoncée depuis près de trente ans et elle se fait beaucoup plus lentement que celle observée sur le Plateau, dans Rosemont et même dans Saint-Henri ces dernières années. C’est une faune différente, composée de familles de classe moyenne, d’étudiants et de jeunes professionnels qui s’y installent. La vie y est sans doute moins abordable mais je crois qu’HoMa n’est pas près de devenir un quartier bourgeois.