Il y a un paradoxe dans la crise économique actuelle: bien que le secteur financier ait contribué à provoquer la crise actuelle et ait profité de fortes subventions publiques destinées à la contenir, il participe très peu au coût de ce sauvetage.

Un problème mondial, des conséquences nationales. Une solution européenne?

 

La suite sur le Huffington Post