ocdeDans sa publication semestrielle, l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) a présenté une analyse des grandes tendances économiques concernant la Chine. Celles-ci devraient marquer les deux années à venir. Les économistes ont estimé que le « taux de croissance a fléchi à 7,5% en 2012, le plus bas depuis dix ans ». Selon l’institution internationale, cela s’explique par « la faible progression des marchés d’exportation et par l’effet sur la demande intérieur des mesures prises par le gouvernement pour atténuer les tensions inflationnistes ».

Le rythme de croissance du PIB réel est à environ 1% en dessous de son potentiel, cependant, la croissance s’est élevée au cours des 2ème et 3ème trimestres, grâce à la demande intérieure. Toutefois, la stabilité de l’investissement résidentiel, avec la construction de logements sociaux et une augmentation des investissements en infrastructures, a permit d’augmenter la croissance.

2010

2011

2012

2013

2014

Croisance du PIB réel

10,4

9,3

7,5

8,5

8,9

Déflateur du PIB (% de variation)

6,6

7,8

1,5

2,4

1,5

Indice des prix à la consommation (% en variation)

3,2

5,5

2,6

1,5

1,4

Solde budgétaire (en % du PIB)*

-0,7

0,1

-2

-2,2

-1,7

Balance des opérations courantes (en % du PIB)

4

2,8

2,9

2,9

2,2,

Notes de l’OCDE: les données relatives au PIB et à l’inflation sont des pourcentages de variation par rapport à la période précédente

* Sur la base des comptes nationaux qui incluse les comptes budgétaires et extra-budgétaires.

Source. Base de données des Perspectives Economiques de l’OCDE, n°92.

Malgré une conjoncture stable, le taux de chômage reste élevé, notamment chez les jeunes diplômés, plus de 12% officiellement mais selon un rapport du Bureau international du travail (OIT), publié en octobre 2011, le taux serait double, soit près de 24%. Cette situation ne devrait pas s’arranger, car lla demande des travailleurs migrants restent fortes et leurs salaires augmentent.

Bien qu’environ 12,02 millions nouveaux emplois ont été créés dans les régions urbaines au cours des onze premiers mois de l’année 2012, le chômage reste élevé. Les régions urbaines ont affiché un taux de chômage de 4,1% fin septembre, un taux inférieur à l’objectif annuel de 4,6%, a indiqué Yin Weimin ministre des Ressources humaines et de la Sécurité sociale, le 18 décembre.

Les hausses des salaires ont ralenti moins vite que celles des prix, cependant, ces augmentations de salaires ont relancé la consommation, qui va contribuer à la croissance, contrairement à la formation du capital, comme cela a été le cas durant plusieurs décennies.