▪ La croissance, c’est ce qu’on obtient quand on utilise plus d’énergie, ou quand on utilise mieux l’énergie qu’on a. La croissance — plus de PIB… plus d’emplois… plus de revenus… plus de gens –, c’est aussi ce dont tous les gouvernements du monde développé ont désespérément besoin. Sans elle, leurs dépenses déficitaires (ils sont tous dans le rouge) mènent à une dette de plus en plus lourde et, en fin de compte, au désastre.

Or non seulement le taux de croissance du monde développé décline, mais il en va de même pour la vitesse des reprises économiques. Voici ce qu’en dit Clayton M. Christensen, professeur à Harvard :

“Durant les sept reprises qui ont suivi les récessions entre 1948 et 1981, selon le McKinsey Global Institute, l’économie est revenue à ses sommets d’emploi pré-recession en six mois environ, avec une précision mécanique […]“.

Voir La chronique AGORA