Toucher l’instant | 2011 | Luce Pelletier

Toucher l’instant | 2011 | Luce Pelletier

Découvrez des œuvres de L’exposition Toucher l’instant de Luce Pelletier à la Galerie de passage au rez-de-chaussée de la Maison des métiers d’art de Québec, du 23 avril au 5 juin 2013.

Toucher l’instant est le titre (…) de sa dernière installation dont le thème est l’impermanence des choses, et l’importance de goûter, de saisir le moment présent. Comme l’instant est bref et sans durée, il est sujet au changement, à un autre instant  d’intense émerveillement face à la vie. Ici sa matière première et sa source d’inspiration principale est un géranium posé devant une fenêtre, elle-même ornée d’un rideau de dentelle à motifs floraux, laissant filtrer la lumière du jour. Pelletier travaille sur la transparence, sur les jeux d’ombre et de lumière qui changent au fil des secondes. Elle cherche à saisir l’infinitésimale dans l’instant présent, à se laisser toucher par les multiples variations de cette plante selon les fluctuations de la luminosité.

Dans ses installations empreintes de poésie, les éléments pris dans la nature sont réorganisés pour nous révéler sa vision personnelle du monde, et nous faire rêver. Elles constituent une réelle célébration de la nature, de la vie, de ses mutations et de sa régénérescence. Elles suscitent aussi un questionnement sur l’interdépendance de l’homme et de la nature. À titre de conclusion, je vous livre cette réflexion de Pelletier sur son dernier projet, réflexion qui nous éclaire et nous interroge tout à la foi : « Le géranium saura-t-il nous faire vivre l’expérience de l’instant ? Jusqu’où pouvons-nous repousser les limites du leurre dans notre perception et notre rapport au monde ? »

Texte de Danielle Lord.

luce-pelletierLuce Pelletier est native de Sainte-Luce-sur-mer, Québec, Canada. Elle détient une maîtrise en histoire de l’art de l’Université de Montréal.  Artiste en art visuel, elle fait des installations composées de sculptures et de photographies qui questionnent le rapport de l’homme à la nature. Elle enseigne actuellement À la Maison des métiers d’art de Québec.

Je fabrique, à partir de fibres et de végétaux, des objets sculpturaux hybrides mi humain mi végétal dont la main est le motif récurrent. Je m’inspire de la nature, de la beauté conjuguée de sa force et de sa fragilité. J’intègre ensuite ces objets dans un environnement naturel, urbain ou en galerie afin qu’ils interagissent avec le lieu, qu’ils en soient intimement liés. 

Ces objets expriment par leur complémentarité organique in situ l’idée d’équilibre des écosystèmes qui dépend de ce corps à corps harmonieux entre les règnes vivants et les éléments qui composent le paysage. Je propose un regard intime sur la nature afin d’actualiser notre perception ; afin de saisir au mieux – cet avenir – que – nous- sommes.

 www.lucepelletier.com
http://etreinte-lucepelletier.blogspot.ca/