par Paniagotis Grigoriou

« L’homme retouche la création parfois en bien, parfois en mal », écrivait en son temps Victor Hugo dans « L’Homme qui rit ». Depuis, les allégories (ou les vérités) de nos mutilations « instituantes », le monstrueux et le grotesque, n’ont cessé de croître et de se sophistiquer. Sauf que désormais… notre homme rit jaune, et que les procédés techniques de la « retouche » ont atteint des sommets car cette dernière devient gouvernance.

La suite à lire sur : http://greekcrisisnow.blogspot.fr/2013/02/retouches.html