Le Sénat américain a été créé, et nommé, sur l’idée du Sénat romain pour inclure dans les institutions un élément de sagesse de long terme, capable d’envisager les affaires de l’Etat du point de vue supérieur de l’intérêt de la res publica. Et c’est pourquoi il est présidé ex officio par le Vice-président des Etats-Unis.

Mais l’on sait aussi depuis Rome et la chute de la République qu’un sénat est nécessairement composé d’hommes, « humains, trop humains », et que l’intérêt collectif de l’idéal républicain finit toujours par sombrer au profit des intérêts particuliers, électoraux ou partisans.

C‘est ainsi que le Sénat américain vient, cette semaine, de saborder la démocracie américaine, en refusant de voter les mesures d’encadrement des ventes d’armes aux Etats-Unis. Les citoyens américains sont pourtant très majoritairement favorables à de telles mesures après les chocs répétés de fusillades meurtrières, la dernière en date étant celle de Newtown. Y compris, semble-t-il,  de nombreux membres ordinaires de la National Rifle Association (NRA), dont les positions extrêmes soutenues par un flot d’argent qu’on ne peut qualifier que de sale, non par son origine mais par sa destination, ont abouti à ce résultat honteux.

Le président Obama a bien utilisé ce même terme, shameful. Et la honte ne sera effacée que si les électeurs américains ont la mémoire assez longue, et l’idéal de leur pays suffisamment chevillé au corps, pour renvoyer les quarante-trois sénateurs ‘vendus’ à la NRA, et autres lobbies des armes à feu, lors des élections à venir. Tous partis confondus!

David Simon_ logo2a-pngA lire d’urgence, l’article de David Simon sur son blog du 18 avril 2013 (et qui a été repris par The Guardian),
Dead children and monied politicians.

« A sane man’s contempt for the United States Senate must now be certain and complete. »

Et aussi cette réaction dans The Onion, « Next Week’s School Shooting Victims Thank Senate.« 

This post is also available in English as « the death of american democracy« .

.