Bérurier noirBérurier noir

30 nouvelles noires.           Ouvrage collectif.                      ISBN: 9782357792128 .

Près de trente ans après la fondation du groupe, 30 auteurs rendent un hommage à Bérurier Noir, sous la direction de Jean-Noël Levavasseur.

Au programme, 30 nouvelles noires inspirée d’un morceau du groupe. Éditions du Camion blanc.

Les premiers mots de « La pluie »

Un cri. Puis…

–          Hendriiiiick !

A cet affolement, Hendrick  sait ce qui l’attend. Il se précipite  dans le salon. Sans un regard autour. Il se jette sur l’escabeau de la bibliothèque, le traîne derrière lui, redresse le tabouret renversé au milieu de la pièce, place l’escabeau juste à côté, monte dessus. Dans sa main, un cutter attrapé en plein vol sur le bureau de Norah. C’est ce qu’il a trouvé de plus tranchant. Entre sa chambre et ici. D’un geste précis, il entaille la corde qui se resserre autour du cou de l’homme qui a choisi cette poutre, dans cette pièce, juste à côté d’eux.

La pluie lacère les baies vitrées.  La visibilité est nulle. L’horizon absent. Un mur d’eau.

En quelques coups  justes et ciblés, la corde rompt. Les jambes de l’homme que Norah soutenait tant bien que mal se posent brutalement sur le tabouret, plient, et le corps s’affaisse dans les bras de celle-ci. Elle s’écroule. Renversée sous son poids. Hendrick rejette le corps d’un grand coup de chaussure, attrape Norah par un bras la tire et hurle :

–          Relève-toi, M’man !

Il crache au visage bouffi de l’homme qui gît là. Les yeux exorbités et injectés de sang. Une  dentelle de bave lui cerne la bouche.

–          Tu t’es encore raté, pauvre Naze …

Cet homme, c’est son père.

La baie vitrée comme une loupe opaque. La pluie s’écrase au carreau,  chaque goutte grossit, ruisselle dans le sillon d’une autre,  plus étale, jusqu’en bas. Rideau.

La suite de la nouvelle à découvrir ici:  Camion blanc