Les valises sont prêtes!

Les valises sont prêtes pour la mission!

À la veille de son départ pour Haïti, Jaime Del Caprio se pose la question suivante: est-il encore nécessaire que  »La perle des Antilles » ait encore besoin d’aide international? Le 12 janvier Haïti soulignait ses trois années en mémoire du séisme qui a ébranlé le pays au complet. Ce désastre naturel qui a ravagé en quelques secondes Haïti. En plus, de 1.5 million de sinistrés et 300 000 décès.

Le domaine de la coopération international est un domaine que peu de personnes connaissent au Québec. En fait, la coopération internationale est un développement de projets avec les partenaires dans les pays et continents en difficulté. Le développement de projets comporte trois volets : L’agriculture, l’éducation et favoriser l’économie du pays. Par exemple, Haïti, l’Afrique, et l’Amérique latine. Il y a des suivis et des activités dans les pays ou  les coopérants sont envoyés. Puis, le renforcement des capacités des partenaires, afin qu’ils puissent mener à terme leurs projets.

‘La coopération internationale est un milieu dont tout le monde devrait avoir la possibilité de faire dans sa vie, plus précisément de la coopération volontaire. »

 Selon Jaime Del Caprio, gestionnaire de projets Amériques Latine et Haïti pour L’œuvre du Cardinal Léger: «la coopération internationale est un milieu que tout le monde d’avoir la possibilité de faire dans sa vie, plus précisément de la coopération volontaire.» La vision de Monsieur Del Caprio sur la vie a réellement changé. Il se dit plus emphatique avec autrui. Parfois, il a un peu des difficultés à faire la part des choses avec la vie d’ici et la vie du tiers-monde. Il ne comprend pas comment que les pays riches méprisent les pays sous-développés.  D’après lui, «La richesse des valeurs du tiers-monde vaut mille fois plus que les richesses matérielles d’ici».

La préparation avant mission est un incontournable pour les coopérants volontaires, les gestionnaires de programmes et tous ceux qui travaillent dans le domaine. La préparation comporte deux volets. Le premier est la logistique et le deuxième est le contenu. Pour le premier volet qui est la logistique, il doit s’occuper du billet d’avion, de la réservation de l’hôtel, puis si c’est un pays que le coopérant doit se procurer un Visa, il doit aller à l’ambassade du Canada se procurer le Visa. Sans le Visa Monsieur Del Caprio ne peut pas aller au pays destiné. Le deuxième volet qui est le contenu comporte plus la lecture sur les préparations de projets avec les partenariats locaux. Il doit beaucoup s’informer sur la situation du pays afin d’avoir une bonne idée sur le contexte du pays et dans quelle ville du pays en question se trouve le projet.

«Lorsque je vais en mission et que je vois nos projets se concrétiser, c’est là que je me rends compte que je suis vraiment à ma place»

En général, une mission dure environ 2 à 4 semaines. Durant la mission, le coopérant va rencontrer et discuter avec les partenaires locaux de l’évolution des projets. Ensuite, il y a le travail sur le terrain pour voir réellement si les projets portent fruit et il y a des réunions avec les bénéficiaires : «Lorsque je vais en mission et que je vois nos projets se concrétiser, c’est là que je me rends compte que je suis vraiment à ma place» me confit Monsieur Del Caprio. À la fin c’est une mission accomplie!

Pour l’après-mission, bien sûr, il y a un suivi avec les partenariats. De plus, les coopérants doivent partager son rapport avec ses collègues dès son retour. Afin, de montrer le développement qui s’est effectué durant le projet.

La prochaine mission de Monsieur Jamie Del Caprio sera en Haïti. Il a hâte d’y être, de voir comment le pays se porte après tout le chaos du séisme. Il est certain qu’Haïti a encore besoin d’aide humanitaire et de la coopération internationale des pays plus fortunés. Selon lui, « Haïti est un pays en crise récurrente. Les gens ont à l’esprit le tremblement de terre et ses conséquences, mais on oublie que chaque été, Haïti est frappé par des ouragans qui ravagent presque tout.» Il faudra, donc bien des années pour Haïti pour se reconstruire.

Bref,  la coopération internationale est un domaine qui gagne à être connu. Aussi, qui est fascinant à découvrir. Les coopérants, les gestionnaires et tous ceux qui sont là pour les gens démunis sont des superhéros qui viennent en aide à ceux qui en ont besoin.

Ingrid-Arielle Mugiraneza