2013-04-06 005Les snowbird sont partis, enfin presque tous, laissant le camping désert et dans le calme absolu. On voit beaucoup moins de circulation depuis quelque temps et les sites et maisonnettes ont pris leurs allures de calme et de tranquillité. La piscine aussi écoule le temps devant des chaises longues vides. L’heure est à la reprise de la route du nord. Nous profitons des jours qui restent pour ranger nos choses, charger le camion et préparer notre maison pour la migration des six prochains mois.

Entretemps, Lise et Gilles ont donné des nouvelles et ils sont de retour à la maison. Carole et Marcel sont partis hier dans l’accalmie de l’orage qui nous est tombée dessus jeudi. Dame nature s’est déchaînée, laissant plus de 60 millimètres d’eau, accompagnés de coups de tonnerre à faire vibrer les fenêtres. Tout un orage qui aura eu pour effet de reporter d’une journée, le départ de certains campeurs inconfortables avec ces écarts de conduite météorologiques.

Lundi dernier, Louise passait sa dernière soirée au bingo, raflant un mirobolant 9$. Devant une telle cagnotte elle sera peut-être tentée de pousser sa chance lundi prochain. L’histoire ne le dit pas pour le moment mais… Pour ma part, j’ai complété ma saison de golf hivernale mardi et là aussi, la quantité de golfeurs était négligeable. Habitué à un groupe de 40-50 golfeurs, nous étions à peine une poignée à fabuler sur la petite balle blanche. Mais, j’ai apprécié mon hiver à ce chapitre et mes résultats ont été plus que satisfaisants et j’ajouterais au-delà de mes espérances. Ma meilleure ronde; 79 sur une normale 61 et ma pire, 126 sur une normale 72. Mais ça, c’était en octobre, alors que je n’avais pas touché à mes bâtons depuis plusieurs années.

Comme je l’écrivais précédemment, on s’affaire à tout ranger et préparer la maison pour notre absence estivale et j’en ai profité pour faire un important élagage des végétaux qui ornent le devant et les côtés de la maison. Mettons que c’était plus que temps et la voisine d’en face s’est empressée d’approuver le geste. Probablement qu’à l’automne, on va revoir l’aménagement. Il faut aussi être vigilant et ne rien oublier de ce qu’on doit ramener au Québec parce que 2800 kilomètres c’est loin et on ne veut surtout pas avoir à rebrousser chemin.

Nous sommes ravis de notre séjour de près de six mois, dans notre nouvelle maison floridienne. Une expérience excitante dont nous avons apprécié chaque moment. Les souvenirs sont nombreux et ils meubleront nos pensées pour toujours. Nous avons fait de belles rencontres tout en partageant d’agréables moments avec nos visiteurs Carole, Lise et Sylvain en mars. Mercredi prochain, nous mettrons le cap vers le Québec, à Saint Philippe, où le camping nous attend. On est impatient de retrouver la famille et nos deux adorables petits-enfants qui ne cessent de compter les dodos qui restent. Nous retrouverons également avec joie notre jolie caravane, afin de poursuivre notre nouvelle vie de caravanier à plein temps.

C’est tout de même bizarre un peu la vie; Il y a un an, nous avions une maison au Québec et nous venions en Floride en caravane. Maintenant c’est le contraire et surtout, nous réalisons un rêve planifié depuis plusieurs années. Tous les jours, je remercie le ciel de nous donner la chance de vivre ces instants uniques.