par Patrick Mignard

Consciencieusement mis sous le coude avant et pendant la campagne électorale de la présidentielle, le flux des liquidations d’entreprises et son corollaire, le gonflement du chômage, se transforment peu à peu en tsunami. Pas un jour qui ne connaisse un nouveau cas. On assiste au spectacle surréaliste de futurs chômeurs tabassés, devant leur entreprise qui ferme, par des policiers commandés par les politiques qu’ils ont eux-mêmes mis au pouvoir ( ?).

Lire la suite sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article22213