Une des caractères historiques du papier-monnaie, c’est d’avoir toujours été considéré comme un régime transitoire, comme une espèce de parenthèse plus ou moins prolongée, intercalée dans la circulation de la monnaie métallique. La fin du papier-monnaie c’est la cessation de ce régime monétaire et le retour au régime métallique, à valeur intrinsèque, c’est-à-dire à frappe libre et illimitée.

 

Voir sur L’INSTITUT COPPET