Les marchés, tout comme de nombreux experts, continuent de nier les ramifications de la confiscation