Le cinéma « nollywoodien », qui symbolise l’ascension du cinéma nigérian, continue de se faire une place au niveau international. Le Courrier international a récemment révélé que sur les 2000 longs-métrages produits chaque année au Nigeria, plusieurs bénéficient de gros budgets et sont destinés à l’exploitation sur grand écran. C’est le cas de « Inalé », de Jena Amata, et « Ijé », de Chineze Anyaene. Ces deux films font partie de la sélection officielle de la première édition du festival NollywoodWeek, qui aura lieu du 30 mai au 2 juin prochain à Paris.

Avant cela, l’industrie Nollywood, basée à Lagos, était plutôt habituée à voir ses films sortir directement en DVD, en raison du peu de nombres de salles de cinéma dans le pays. C’est d’ailleurs grâce à la production vidéo nigériane que le phénomène Nollywood est né au début des années 1990. Il s’agissait en premier lieu de monter des films destinés au format VHS et diffusés dans des salles de cinéma informelles. Les réalisateurs, qui ont appris sur le terrain, avaient recours à des caméras vidéos amateurs et disposaient de peu de moyens.

Avec ses 170 millions d’habitants, le Nigeria est devenu le deuxième plus grand producteur mondial de films, derrière l’Inde et devant les Etats-Unis, selon une enquête de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education et la Culture (UNESCO). Les films tournés à Nollywood abordent souvent les thématiques suivantes: corruption, fraude, drogue, trafics en tous genres, violence, sorcellerie, amours compliquées et contrariées.

L’enquête menée par l’UNESCO en 2009 démontre également que le succès du cinéma nollywoodien s’explique par le multilinguisme. Environ 56% des films tournés au Nigeria sont produits dans des langues du pays: le yoruba (31%), le Haoussa (24%) et l’igbo (1%). L’anglais, langue officielle du Nigeria, est utilisé dans 44% des productions. Un avantage de taille pour l’exportation de ces copies à l’étranger.

Aujourd’hui, l’industrie du cinéma au Nigeria emploierait 300 000 personnes. Un film made in Nollywood coûte en moyenne entre 7’000 et 12’000 euros pour 7 à dix jours de tournage. En comparaison, un film hollywoodien, dont la période de tournage se déroule sur une année, coûte 60 millions d’euros.

nollywood-week

Electron 87