Dans sa lettre ouverte à François Hollande, Édouard Martin démontre que les syndicats français peuvent être plus perspicaces et moins gourmands.

Par Baptiste Créteur.

Édouard Martin, quand il intervenait dans les événements de Ségolène Royal

Édouard Martin, jaloux du succès d’Arnaud Montebourg en marinière auprès de la ménagère de plus de 50 ans, ne veut pas qu’on l’oublie. Il publie une lettre ouverte au Président de la République que Libération relaie. On y découvre un syndicaliste perspicace, qui dénonce les erreurs du gouvernement et le gâchis d’argent public et demande des réponses là où les syndicats, habituellement, demandent de l’argent ou de l’argent et les clés de la maison.

D’abord, Édouard Martin nous explique pourquoi Florange n’est pas rentable :

LA SUITE SUR CONTREPOINTS