DSC00821Profitant du ciel bleu qui revient par intermittence (là par exemple le brouillard est revenu -_-) et de la période touristiquement creuse, nous nous sommes rendus au Temple du Ciel (天坛 Tiān Tán), au Sud de Pékin.

Le temple fut construit sous l’Empereur Yongle de la dynastie des Ming en 1420. C’était le lieu de prière des Empereurs des dynasties Ming et Qing (1368-1911). Il s’appelait autrefois le Temple du Ciel et de la Terre avant que l’Empereur Jiajing ne fasse construire le Temple de la Terre au Nord de la ville. Le Temple s’étend sur un long parc abritant plusieurs palais et bâtiments à l’architecture carrée (symbole de la Terre dans la Chine antique) ou arrondie (pour le Ciel) parmi lesquels la salle des prières pour la récolte (Qi Nian Dian 祈年殿), La salle de l’abstinence (Zhai Gong 齋宮) et l’autel du Ciel (Yuan Qiu Tan 圜丘壇).

On trouve aussi Hui Yin Bi ("le mur d'écho"), une large muraille circulaire où l'on peut s'entendre d'une extrémité à l'autre (les chinois maîtrisaient déjà l’acoustique...)

On trouve aussi Hui Yin Bi (« le mur d’écho »), une large muraille circulaire où l’on peut s’entendre d’une extrémité à l’autre (à croire que les chinois maîtrisaient déjà l’acoustique, à l’époque…)

Le temple du Ciel servait aux sacrifices au Dieu du Ciel. Le « fils du Ciel » (« Tianzi », surnom de l’Empereur) devait s’y rendre 3 fois par an pour « présider » la cérémonie du Jiansi, les sacrifices aux ancêtres et aux Dieux. Lors du 1er mois lunaire, l’Empereur devait ainsi se rendre à la salle des prières pour la récolte pour… prier pour que la culture des céréales soit prolifique.  Au mois d’avril, il devait prier à l’autel du Ciel pour invoquer la pluie et enfin le jour du Solstice d’hiver il devait revenir à l’autel du Ciel pour rendre compte aux Dieux du succès de la récolte passée. Durant les cérémonies, il fallait offrir des sacrifices au Dieu du Ciel puis aux générations successives d’ancêtres et enfin aux Dieux du soleil, de la lune et des étoiles, des nuages, de la pluie, du vent et du tonnerre.

L'autel du Ciel

L’autel du Ciel

Un large parc s’étend tout autour des monuments où de nombreux pékinois (retraités pour la plupart) se retrouvent (comme dans beaucoup d’autres parcs chinois) pour y pratiquer un certain nombre d’activités: jouer aux cartes, aux échecs chinois, au Jianzi, danser, chanter en chœur des chants patriotiques (!), pratiquer le kungfu…

Les joueurs de cartes et d'échecs chinois sont là !

Les joueurs de cartes et d’échecs chinois sont là !