F1000038im

  • Joseph Stiglizt, prix Nobel d’économie américain, estime que l’Espagne et la Grèce ne verront pas la fin de la dépression en 2013. Il prévoit de nouveaux tumultes pour l’euro.

    «Si la BCE fait de la poursuite des politiques d’austérité une condition à ses financements, cela aura pour seule conséquence d’aggraver l’état du malade», a déclaré le prix Nobel d’économie.

    L’Europe constitue le principal risque pour l’économie mondiale en 2013, a estimé le prix Nobel d’économie américain Joseph Stiglitz dans une tribune publiée dans le quotidien «Handelsblatt» de mercredi.

    «Le vrai risque pour l’économie mondiale se trouve en Europe», a relevé Joseph Stiglitz, pointant notamment du doigt les difficultés économiques en Espagne et en Grèce. Ces pays «se trouvent dans une dépression dont on ne voit aucun signe de sortie», a-t-il précisé.

La suite sur BILAN.CH