par Duval Gil Garcin

Faut-il rappeler aux technocrates qui gèrent les « rapports de force » qu’on récolte ce que l’on sème ? Où iront leurs semis de printemps : Vers la moisson ou la dévastation ? Pourquoi donc n’ont-ils pas semé quand il était temps, c’est-à-dire en temps de paix et par la voie de la diplomatie et de la coévolution, les saines semences du soutien aux activités traditionnelles, à l’artisanat, à l’agriculture familiale sur le mode « organique », autonome et sans emploi de poisons chimiques, de la conservation des espaces forestiers et de la préservation des ressources naturelles ?

La suite à lire sur : http://altermonde-sans-frontiere.com/spip.php?article22809