20121222-113009.jpg

19-21 décembre 2012: Nous arrivons à Yuányáng en fin d’après-midi, à temps pour profiter de l’époustouflant spectacle du coucher de soleil sur les rizières en terrasses de Yuányáng. À perte de vue, la montagne semble avoir été sculptée par la main de l’homme. Le soleil couchant transforme en miroir chacune de ces terrasses emplies d’eau, offrant un spectacle flamboyant. Ces pittoresques rizières en terrasses, aujourd’hui fort prisées des photographes chinois, remontent au XIIIe siècle. Il semble que, à l’époque, les Hanis, chassés des terres plus fertiles des plaines sises plus au nord, trouvèrent refuge dans ces montagnes inhospitalières, dominées par la forêt et n’offrant qu’une terre sablonneuse. Un seigneur Hani, un tusi, organisa la survie de son peuple et l’incita à créer ces terrasses où pût être planté le riz qui assura la survie de son peuple pendant des siècles. 70% des terrasses que nous admirons aujourd’hui auraient été crées du vivant de ce seigneur visionnaire, en un peu moins de 30 ans – chacune demande un entretien continu pour ne pas s’effondrer. Tous les travaux se font à la main et les récoltes sont essentiellement portées par l’homme…. et la femme. En certains endroits, on compterait 3000 niveaux de terrasses, l’ensemble étant irrigué par un réseau de 400 ruisseaux qui ne sont pas sans rappeler les bisses valaisans ! Jolie balade dans les rizières, auberge sise face aux terrasses, admirable lever et coucher du soleil sur ces montagnes sculptées, nous profitons pleinement de la beauté de ces lieux…. avant qu’ils ne soient classés patrimoine de l’Unesco, pour le meilleur et pour le pire !
20121222-112806.jpg

20121222-112953.jpg

20121222-113026.jpg