***

Promenade dans l’imagerie luxuriante de la façade de l’hôtel de ville :

Les sculptures s’organisent en ensembles cohérents.

Deux courants semblent se dégager :

–          Le temporel, mettant en œuvre des sujets et des scènes selon des références historiques ou anecdotiques concernant la ville. Les commanditaires en ont été le Mayeur, les Échevins et les Jurés de l’époque. Certaines références ont été oubliées, ce qui rend certaines interprétations plus difficiles…

–          L’intemporel ou l’irréel, occupant une grande partie des arcades et des chapiteaux fantastiques. Il constitue un ensemble riche et original, au gré de l’imagination des tailleurs (appelés aussi ymagiers) qui travaillaient sur commande du maître d’œuvre, mais en s’inspirant de toute l’imagerie qu’ils trouvaient dans les enluminures des manuscrits, dans les édifices religieux, répertoires qu’ils enrichissaient grâce aux courants qui traversaient l’Europe des chantiers et qui mêlaient le profane et le sacré…

Plus accessible aux regards, le rez de chaussée est le plus riche. Ces 2 courants, temporel et intemporel, s’y partagent l’espace au maximum…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Oudard de Marle, argentier de la ville

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Charles de Bovelles

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Colard Noël

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Maître tailleur

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Compagnon tailleur

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Adam

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Eve

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Adam… Feuillages… La lune… Joueur de viole

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Roman de Renart

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Hibou tenant un rat dans ses serres – Roman de renart

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vautour tenant dans son bec un serpent – Bestiaire Roman de Renart

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bestiaire fantastique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Bestiaire fantastique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tête de clé des grandes arcades – Enfant tirant la langue et Bestiaire fantastique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’ivresse

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Fou tenant sa marotte dans les bras

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Fou . On les reconnait à leur capuchon à longues oreilles ( coqueluchon)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Singe

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Singe

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Singe en chair – scène satirique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ange à la viole

¤¤¤ Chacune des 7 arcades se termine par un écoinçon qui porte, pour 6 d’entre eux, un ange musicien formant l’orchestre des anges, thème très courant à l’époque. Celui-ci, placé sur l’hôtel de ville rappelle la présence de 3 anges musiciens (viole / cornemuse / flûte double) sur 3 culs-de-lampe du transept absidial sud de la Collégiale, terminé par Colard Noël en 1493.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’ange jouant de la chalémie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’ange à la flûte

¤¤¤ L’orchestre se compose des anges à la harpe, à la flûte traversière, au graile ou trompe, à la viole, à la cornemuse et à la chalémie. Sur le 7 ème écoinçon on trouve un autre sujet biblique ,

Sainte Véronique présentant le voile de la Sainte Face :

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

***

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Mayeur, Bourgeois richement vêtu qui accueille les gens à l’entrée de l’hotel de ville

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le greffier

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le bouffon, reconnaissable à son habit à grelots. il tient une outre à vin qui, d’après d’anciens documents, aurait été auparavant une cornemuse … Cette fonction était très importante. Les Comtes de Vermandois, désirant posséder un train de vie égalant celui des grandes cours, tenaient à avoir leur propre bouffon … On célèbre toujours la « Fête du Bouffon », à Saint-Quentin, tous les week-end de Pentecôte …

Eleonore de Vermandois 003

Eléonore de Vermandois, femme d’érudition, politique négociant avec le roi, protectrice des arts. Ce fut la dernière comtesse du nom, à sa mort en 1214, le comté revint au royaume…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Scène symbolique,

un homme brise une branche qui symbolise les férules féodales, la loi du seigneur. Derrière lui un parchemin qui représenterait la charte communale… En 1080, Herbert IV, Comte du Vermandois, établissait les bourgeois de Saint-Quentin dans leurs franchises communales.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La transmission allégorique de la charte.

Cette scène évoquerait l’établissement de la commune de Saint-Quentin en 1080, par le comte Herbert IV . L’attitude du personnage de gauche, un noble, est respectueuse à l’égard du bourgeois, à droite, derrière lequel se déroule un parchemin symbolisant probablement la charte communale.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’accueil.
La représentation d’une qualité. Ce jeune écuyer semble présenter sur un coussin les clés de la ville, comme c’était l’usage jadis quand on voulait honorer un hôte de marque. Or, il n’y a pas de clé sur le coussin !
Tout est symbole … cette absence paraît volontaire et signifierait que Saint-Quentin, connue pour son indépendance, sait accueillir mais ne se soumet pas.
Une anecdote rapporte qu’Henri IV, de passage à Saint-Quentin, refusa de prendre les clés qu’on lui présentait parce qu’elles étaient entre de bonnes mains.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Scène de la vie quotidienne … Les vendanges

Les vignes ont existé à Saint-Quentin jusqu’au XVI ème siècle… La « piquette » locale a été remplacée par des vins de meilleures qualités quand le commerce s’est répandu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La tonte de la truie

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le repas

Pilonnage du sel ou de la guède

Le pilonnage du sel – ou de la guède (servant à teindre les étoffe en bleu)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le maquignon

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La boulangère

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les joueurs

***

Et quelques sculptures plus coquines

mais qui ne doivent en rien nuire à la richesse de l’ensemble et amener à y voir grossièreté et trivialité comme le soulignaient les polémiques du XIX ème, réduisant et déconsidérant l’intérêt de cette imagerie…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Le couillu »

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’adolescente

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le tire-crotte

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Fessée

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La petite putain

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Diable, dont le postérieur s’orne d’une tête, scié par 2 femmes

***

Quelques éléments champêtres

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

***

A l’étage des pignons, le plus restauré, gargouilles et petits animaux.

Un singe et un chien ont été ajouté entre les pignons lors de la restauration du XIX ème siècle.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

***

Il y a tant à découvrir que vous pouvez y revenir bien des fois…

***

Source des commentaires : 

 » Démons et merveilles de l’hôtel de ville de Saint-Quentin « – Bernard Lebrun – Editions du Quesne