Dans mon dernier billet, nous avons décrit les conséquences néfastes d’une politique inflationniste. Il est donc tout à fait raisonnable de craindre l’inflation et d’éprouver de la gratitude envers les banques centrales qui chercheraient à stabiliser la création monétaire et à contrôler le niveau des prix.

Hélas ! Ne crions pas victoire ! Les figures 1 et 2, ci-dessous, nous montrent l’évolution de la base monétaire en zone Euro et aux États-Unis. Nous pouvons observer que les banques centrales n’ont pas stabilisé la masse monétaire. En effet, celle-ci ne cesse de s’accroître avec une hausse annuelle moyenne de 10,83% côté Banque centrale européenne (BCE) et de 16,55% pour la FED entre 2002 et 2012.

La suite sur l’Institut Molinari