Citroen_Aulnay_PSA« La grève à l’usine PSA d’Aulnay monte d’un cran. Selon le PDG de PSA, Frédéric Saint-Geours, qui s’est exprimé ce matin sur France Inter, les grévistes qui bloquent l’usine depuis lundi 28 janvier chercheraient à empêcher les salariés non grévistes de venir travailler, et ce de manière «violente».

Frédéric Saint-Geours a affirmé que ce sont «100, 150, 200 personnes, sur les 3 000 salariés, qui empêchent l’usine de tourner normalement» et se rendraient coupables de violences. «Ce matin, on a assisté à une nouvelle gradation des violences, avec des jets de boulons et d’oeufs», a déclaré le PDG. Depuis le début de la grève, le 16 janvier, les grévistes auraient dégradé l’usine, et «intimidé» ainsi que «menacé» les salariés venus travailler. «On a toujours la difficulté de gérer deux droits fondamentaux qui sont indissociables : le droit de grève et le droit à la liberté du travail», mais «vouloir gérer ces deux droits par la violence, ce n’est pas tolérable», s’est indigné M. Saint-Geours.

La grève à Aulnay a paralysé l’usine du 16 au 18 janvier, puis a recommencé le lundi 28 janvier. Les grévistes réclament un «CDI pour tous» et la préretraite pour les salariés de plus de 55 ans. Les syndicats Sud, CGT et CFDT soutiennent le mouvement. La CGT affirme que 460 salariés se sont déclarés grévistes le jeudi 31 janvier, un chiffre contesté par la direction.« 

Source : Newsring