Depuis des années, on entend parler de pertes d’emploi dans l’industrie forestière. Or, les employeurs sont maintenant à la recherche de main-d’oeuvre qualifiée. Les personnes visées: les nouveaux arrivants, les autochtones et les femmes.

L’Association des produits forestiers du Canada (APFC) estime que l’industrie forestière et papetière aura besoin d’embaucher 60 000 travailleurs d’ici à 2020 pour combler les besoins.

« Le Québec représente le tiers des emplois dans le domaine au Canada, on parle donc d’environ 20 000 postes », indique Robert Larocque, directeur, environnement, pour l’APFC.

Au Comité sectoriel de main-d’oeuvre en aménagement forestier (CSMOAF), on constate que le recrutement est déjà difficile pour dénicher des techniciens forestiers.

« Il y a eu une importante baisse du nombre d’inscriptions dans le programme et les finissants ne suffisent pas à la demande », affirme Annie Beaupré, ingénieure forestière et directrice générale du CSMOAF.

Extraits choisis par le Moniteur de l’emploi de

La Presse

via Foresterie: l’emploi reprend et les besoins sont grands | Martine Letarte, collaboration spéciale | Foresterie.