Un bien en propriété échangé, i.e. une marchandise, en quoi s’exprime les prix des autres marchandises est un numéraire ou une monnaie (cf.Vilfredo Pareto, 1896-97, §269).
Par prix d’une marchandise, il faut entendre tout taux d’échange de deux biens en propriété convenu par deux personnes et cela depuis au moins Stanley Jevons – cité par Pareto -.
1. Echange et monnaie.
Si les échanges économiques sont absolument libres, i.e. si l’ophélimité élémentaire – utilité marginale – pondérée de la marchandise numéraire ou monnaie est égale à la valeur commune des autres ophélimités élémentaires pondérées …, Pareto expliquait que la monnaie était vraie.

 

La suite sur le Blog de George Lane