Reforme bancaire : le honteux rejet des amendements pour couper les banques en deux

Le Glass-Steagall Act hante l’Assemblée nationale

Source : Solidarité & progrès

clip_image002 il n’y a pas foule dans l’hémicycle

Le projet de loi de « régulation et de séparation des activités bancaires » a été débattu la semaine dernière dans le vide de l’Assemblée nationale.

Clairement, ce qui pourrait être la mise à l’écart de la prédation financière de notre économie, est une réforme ne réformant rien. La filialisation des activités jugées « non utiles à l’économie », proposée par le projet de loi du ministre de l’Economie Pierre Moscovici, ne sépare rien. Car, comme son nom l’indique, « filiale » implique un lien de filiation, lequel sera utilisé en cas de troubles pour obtenir des renflouements de la part de l’Etat, en retenant en otage les dépôts des citoyens. Au contraire, le Glass-Steagall Act, imposé à Wall Street en 1933 par Franklin D. Roosevelt, empêche tout conflit d’intérêts et tout risque de chantage en interdisant qu’un même établissement mène des activités financières en même temps que de dépôt et crédit. En plus d’interdire toute confusion au sein de la même banque, il interdit les relations entre banques d’activités différentes.

La suite ici