Investissement : La BOAD accorde un prêt de 38 milliards FCFA àla Côte d’Ivoire

La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) a procédé à la signature d’accords de prêtsen faveur de la Côte d’Ivoire, a annoncé le président de cette institution financière, jeudi, au cabinetdu Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan. Cette aide est estimée à environ 38 milliardsde FCFA, dont 24 milliards pour le Port autonome d’Abidjan et 14 milliards pour l’exécution d’un échangeur sur le boulevard Giscard d’Estaing, a expliqué le président de la BOAD, Christian Adovelande qui s’est également réjoui de la chaleur des relations entre la Côte d’Ivoire etl’institution qu’il dirige. Faisant le bilan au chef du gouvernement ivoirien des financementseffectués au titre de l’année écoulée, Christian Adovelande a indiqué que la BOAD a atteint desniveaux de financement de 460 milliards de FCFA et pour 2013, elle compte « aller dans la mêmetendance ».

Développement : Madani Tall réaffirme les engagements de laBanque mondiale à la Côte d’Ivoire

Lors d’une séance de travail qui a eu pour cadre le palais présidentiel d’Abidjan, Madani Tall arappelé que l’institution financière internationale s’engage à mettre à la disposition de la Côted’Ivoire un portefeuille de deux milliards de dollars (environ 1.000 milliards de FCFA), tel que promislors du Groupe consultatif sur le financement du Plan national de développement (PND) tenu endécembre à Paris, cela au terme de plusieurs missions qu’elle entend organiser dans les semainesà venir en Côte d’Ivoire. En attendant, M. Tall a fait le point de ses rencontres avec des coopérativeset des paysans travaillant sur certaines spéculations agricoles, au terme d’une visite dans leslocalités de Korhogo, Niakaramandougou, Katiola, Bouaké, Bonoua et Aboisso. Selon le cadre dela Banque mondiale, les filières du coton, de la noix de cajou et du palmier à huile sont prometteurspour la Côte d’Ivoire. La Côte d’Ivoire qui entretient une coopération de développement avec laBanque mondiale depuis 1954 a bénéficié au titre de l’année 2012 quelque 150 millions de dollarspour financer plusieurs projets dans les secteurs de la santé, l’éducation, l’agriculture, etc.

Transport inter-urbain: Des Français veulent installer le train urbain en Côte d’Ivoire

Un groupement d’entreprises françaises, notamment d’Alstom, Bouygues et de Systra, a échangéavec le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, « pour réfléchir sur ce que pourrait être untrain urbain à Abidjan à l’horizon 2020 ou 2030″. « L’idée est de construire la 1ère phase de ce qui préfigurera un système de transport ferré à l’intérieur d’Abidjan », a affirmé le directeur généraladjoint du groupe Bouygues, Bonnin Olivier, jeudi à Abidjan, au sortir d’une audience avec le chefdu Gouvernement ivoirien. La réalisation d’un tel projet pourra à l’avenir permettre aux abidjanaisd’éviter les retards aux heures de pointe causés par une démographie qui s’est accrue cesdernières années. Ainsi, il s’agira, selon ces industriels, d’axer dans un premier temps ce projet surla base des acquis, notamment les voies ferrées qui servent déjà au transport ferroviaire. Cesystème de réseau pourra par la suite se consacrer à l’axe nord-sud. Cette exécution aurait unecapacité de transport qui serait bien supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui et dans ces phases,nécessitera des investissements estimés dans l’ordre du demi-milliard d’Euros, environ 328milliards FCFA. Le début des travaux est prévu en 2014.

Mabef 2013 – Organisateurs et partenaires se retrouvent aujourd’hui à Gd Bassam

Le Marché des assurances, banques et établissement financiers veut atteindre une autredimension. C’est pourquoi, les organisateurs de cet évènement ont décidé d’organiser unséminaire de réflexion qui débute ce vendredi à l’Hôtel Tereso à Grand-Bassam. Il vise, selon lesinitiateurs, à recueillir les avis et suggestions des participants en vue de leur garantir une plusgrande rentabilité. Ainsi, ils auront à réfléchir en atelier samedi sur les Thèmes : Comment garantiraux exposants du Mabef une rentabilité en termes de portefeuille client (organisation pratique,lieu, déroulement, visiteurs, communication marketing) et quelle implication des structuresfinancières et de l’Etat dans l’orientation des actions du Mabef ? Les résolutions issues desdifférents travaux, permettront de mieux répondre aux attentes des assurances, banques etétablissement financiers pour un partenariat gagnant.