917423685_goodyear_la_cgt_veut_creer_une_scop_pour_repre

Crédit photo : AFP / La Voix du Nord

La CGT est dans son jeu (je ?) de rôle, de proposer, par avocat, la reprise de l’usine Goodyear d’Amiens, menacée de fermeture avec ou sans échange de lettres de conseillers ministériels contre courriers d’avocats de Titan, par une coopérative ouvrière. C’est normal.

goodyear-montebourg-titan Crédits : inconnu

SUD (minoritaire) « ne croit pas à la voie juridique » et préconise pour sa part l’action « de masse » (lire : « manifestations ») : cela ne change pas grand chose à l’affaire, personne ne semble avoir de meilleure idée que de regarder dans le rétroviseur (celui de gauche, côté conducteur en France, parce que dans l’autre, on verrait des obscénités genre participation, référendum, état stratège, dirigeants visionnaires …).

logosScop_blog1

Non pas que l’année « internationale des coopératives » 2012, avec SeaFrance et l’Eléphant entre autres vrais-faux espoirs, ait vraiment convaincu que l’économie sociale et solidaire de marché soit, en France, la pierre philosophale pour changer les suppressions d’emploi de masse en création de jobs durablement viables pour tous …

les-SCOP-2012 … non pas que le congrès des SCOP de Marseille, en novembre 2012, ait résonné des échos de lendemains chantants ou tracé les chemins d’une nouvelle croissance de l’emploi des djeuns exclus du marché du travail par le mortifère cocktail de conservatisme, de corporatisme et de tricheries dont le nuage va et vient sur l’Europe depuis qu’on a inventé le pétrole cher, avec la dose de dogmatisme politicien sûr de lui qui permet de reconnaître le chômisme made in France entre tous ceux d’autres pays développés confrontés au même monde réel …

35e_congres_national_des_scop_les_15_et_16_novembre_2012_a_marseille_medium

… non pas que, ni la semaine de l’économie sociale et solidaire (en France) passée aussi inaperçue (à Paris et orbi) que les performances du club de football de Monaco en seconde division française, ni les discours à Bercy du ministre en charge du sujet qui ont à peu près autant passionné la presse économique nationale (côté international, on murmure que The Economist préparerait un nouveau dossier sur la France, pour le 1er avril) que le lancement officiel d’un portail numérique régional pour les exportateurs de Midi-Pyrénées, moins encore la nomination de la très régionale Ségolène Royal à une vice-présidence de la BPI ou la vigueur verbale du ministre du redressement productif made in France, ne soient pas des signaux encourageants …

hamon-matinee-ess.png

… mais les SCOP pour sauver des entreprises d’hier et les emplois comme avant pris en tenaille entre la mondialisation réelle et les Frenchonomics surréalistes, c’est un peu comme l’équipe de France de rugby (pour le foot, c’est encore une autre histoire, quant aux équipe de France du Commerce extérieur, du nucléaire à l’international et toussa-touça, c’était avant, maintenant ce sont les régions qui pilotent), même les supporters les plus fidèles (à leur club d’abord, à leur équipe nationale quand elle gagne) ont un peu de mal à se faire croire au Grand Chelem, ces temps-ci …

No pasaran ! Crédits : inconnu

Sinon, si on cherche vraiment une lumière au bout du tunnel, on peut espérer la reprise de la croissance au coin de la rue et un new-deal 2.0 (byzeway, les références à Roosevelt finissent par ne même plus faire sourire dans les dîners en ville bienpensants, il faudrait fournir de nouveaux éléments de langage à l’excellente secrétaire nationale à l’économie du Parti, par ailleurs co-signataire du délicieux « Les Trente Glorieuses sont devant nous » publié avant campagnes électorales par les éditions Rue Fromentin), croire au retour miraculeux des équilibres de ceci budgétaire ou cela extérieur en 2017, ou prier pour la résurrection de la marine marchande française grâce aux flots de produits industriels importés et aux tsunamis de touristes croisiéristes et Londoniens plus ou moins francophones amateurs de lasagnes « Qualité France » sans cheval en douce France, de café Lavazza plus serré à Paris qu’à Londres, et de vins des Nouveaux-Mondes moins chers à Calais qu’à Dover.

SeafranceMieux vaut en lire … et y croire. De toute façon, what else ?

Fondamenti-Scop

Ouate else ?

Renaud Favier – 27 février 2013 – Café du matin à Paris

PS : qu’on soit (toujours) coopératif, ou pas, (déjà) chômiste, ou pas, (encore) en France, ou pas, « Frenchonomics » dont la version gratuite en PDF est sortie le 25 février, est téléchargeable sur : http://www.youscribe.com/catalogue/livres/actualite-et-debat-de-societe/actualite-evenements/frenchonomics-2015790

Frenchonomics Small