Maroc. J’ai tout écrit dans un carnet orange doré. J’ai tout raconté à l’oral, des milliers de souvenirs à la pelle, les villes du Nord au Sud, le soleil brulant, les trains, les taxis, les rencontres. J’ai laissé filer les mois, faner les images, jaunir les photos, certaine que je prendrai un nouvel avion dès le prochain été.

Hier soir, j’ai pensé aux rêves que je voulais réaliser, j’ai imaginé ma vie si j’avais l’opportunité de l’installer un instant là-bas. Je me suis souvenue des gens avec qui j’avais partagé mon temps, avec lesquels j’avais parlé pendant des heures, des bus bondés et des quartiers où j’avais marché.

Et j’ai décidé de le raconter ici.