Soudain, on entendit un glapissement aigu. Mirabonde, la cuisinière, venait de déceler un message secret en plaçant le parchemin au dessus de la vapeur dégagée par son incomparable ragoût de rat.

Le Tante Germaine approchait de la côte lorsqu’un petit navire chargé à bloc les rattrapa. A son bord, des dizaines d’Ursulines s’agitaient en apercevant le nouveau continent. Elles avaient quitté leur couvent d’Angers et navigué plusieurs mois pour évangéliser de nouvelles terres sauvages et impies.

ursulines-allant-au-canada

Parmi toutes ces Amazones de Dieu, le Commandant Mouche remarqua immédiatement un homme vêtu d’un pantalon vert et d’une chemise jaune. L’individu pleurait à gros bouillons et rien ne semblait pouvoir le consoler. Les canonnières refouleuses l’aidèrent à monter à bord du Trois-Mâts et on tenta de le faire parler. Mais il ne lâcha que quelques mots incompréhensibles :

« Antony-sur-Rance… rendez-vous… »

Mouche resta sceptique. Cet homme là avait les yeux morts d’un amour enchaîné qui rendrait aveugle une taupe Lagrégoire ou le plus agile berre montagné. Il semblait brisé, éparpillé « façon puzzle » et une lueur étrange émanait de son regard. Il répétait sans fin :

« Superviseuse temporelle… superviseuse temporelle… superviseuse temporelle… »

Le Commandant Mouche convoqua son médecin sans frontière car le pauvre hère avait visiblement besoin de soins urgents.

A suivre…